Crédit : Photo Martin Chevalier

LNH

Phil Kessel a disputé la saison entière malgré les blessures

Publié | Mis à jour

Après une saison difficile, Phil Kessel s’attend à rebondir lors des éliminatoires en cas de reprise des activités de la Ligue nationale de hockey (LNH) puisqu’il sera remis de ses blessures.

Véritable homme de fer dans la LNH, Kessel est actuellement au cœur de la sixième plus longue séquence de matchs consécutifs dans l’histoire du circuit avec 844. La dernière fois qu’il a raté un match, c’était en 2009.

Mais en 2019-2020, il a été limité à 14 buts et 38 points, un rendement bien en deçà de ce qu’il a été en mesure de maintenir lors des 10 dernières années. Des chiffres que le principal intéressé impute à plusieurs blessures, qu’il n’a toutefois pas énumérées.

«Évidemment, j'ai eu une année difficile, a-t-il dit mardi, lors d’une vidéoconférence. Je pense que c’est probablement l’année au cours de laquelle j’ai eu le plus de blessures, mais ce n’est pas une excuse, n’est-ce pas? Je n’ai jamais eu de saison comme ça. Je cherche donc à rebondir.»

Tout comme le Canadien de Montréal, les Coyotes de l’Arizona sont l’une des huit équipes qui, sans l’ajout d’une ronde qualificative, ne figuraient pas au portrait des éliminatoires avant la pause due à la pandémie de COVID-19. Ils auront une chance de faire amende honorable en affrontant les Predators de Nashville.

Fort de 87 matchs d’expérience en séries et de deux conquêtes de la coupe Stanley avec les Penguins de Pittsburgh en 2016 et 2017, Kessel croit fermement que son expérience pourra aider son équipe.

«Je pense que ça compte, a-t-il fait valoir. Je pense que les gars qui sont passés par là savent à quoi s'attendre et quoi faire. Et je pense honnêtement que c'est un niveau de hockey différent et plus rapide. C'est une période amusante de l'année.»

«Nous allons devoir être prêts dès le départ. Je pense que ce seront des séries éliminatoires différentes, évidemment. Sans les partisans, ça va être étrange, mais je pense que les gars savent pour quoi ils jouent. Et nous voulons tous avoir la chance de gagner.»