HKN-HKO-SPO-ST-LOUIS-BLUES-V-ANAHEIM-DUCKS

Crédit : AFP

LNH

«Ce sera le tournoi le plus ardu et rien d'autre»

Publié | Mis à jour

Le vétéran Ryan O’Reilly a patiné lundi pour la première fois avec les Blues de St. Louis depuis le début de la deuxième phase du plan de reprise de la Ligue nationale de hockey (LNH) et, inspiré par la remontée des siens il y a un an, il se dit prêt pour un nouveau départ.

Le récipiendaire des trophées Frank-J.-Selke et Conn-Smythe en 2018-2019 espère que les siens profiteront de la pause du coronavirus pour se donner un nouvel élan. Toutefois, contrairement à l’an dernier, les Blues ne sont pas au tapis. La formation de l’entraîneur-chef Craig Berube occupait le sommet de leur association le 12 mars et participera au mini-tournoi visant à déterminer les quatre premières têtes de série de l’Ouest.

Avec une fiche de 42-10-10 à l’arrêt de la saison, les porte-couleurs de l’équipe du Missouri ont toutes les raisons au monde de vivre avec confiance et veulent se fier à leurs succès de 2019 pour renouer avec la coupe Stanley.

«Ce sera unique, c’est certain. L’an passé, on a obtenu du succès, car on savait à quoi ressemblait un bon match à nos yeux. Nous savions qu’il fallait jouer notre style en étant physiques et difficiles à affronter. C’était l’élément de base de notre jeu nécessaire pour traverser cela», a mentionné O’Reilly au site NHL.com.

En revanche, tout se décidera sur la glace et non sur papier. Pas moins de 24 clubs demeurent en lice pour rafler les grands honneurs.

«Chaque formation repart à zéro. Chacune impliquée dans cela actuellement a une occasion de remporter une coupe Stanley. Ce sera donc l’un des parcours de hockey les plus durs que chacun d’entre nous aura à jouer et le tournoi le plus ardu. Ce n’est rien d’autre que ça, a-t-il dit. Nous savons que ce sera complètement différent de l’an dernier. Nous ne serons pas là après avoir fini la saison en force et obtenu du rythme. On va tous commencer au même point.»

La santé et le sport

Devenu père de famille pour la deuxième fois en mai, O’Reilly souhaite que les Blues aient la chance de défendre leur titre. Certes, la LNH prévoit l’ouverture des camps le 10 juillet, mais rien n’est moins sûr avec la COVID-19 qui est loin d’être maîtrisée. L’attaquant espère que l’action reprendra, à condition que la santé de tous ne soit pas mise en péril.

«Il y a tellement de facteurs : l’éloignement de nos familles, le confinement dans de petits espaces, mais je crois que le plus important pour notre sport, c’est de pouvoir terminer cette saison et déterminer un champion. Ne gaspillons pas tout cela, a-t-il indiqué. Mais la priorité demeure la sécurité et la santé de nos familles, peu importe si les joueurs ont des enfants ou non. La LNH fait du bon travail afin de s’assurer que rien ne nous arrive. Néanmoins, il y a encore beaucoup d’incertitude.»