Crédit : Dominic Chan / Agence QMI

Canadiens de Montréal

Le CH n'a pas perdu de temps avec Alexis Lafrenière

Le CH n'a pas perdu de temps avec Alexis Lafrenière

Louis Jean

Publié 29 juin
Mis à jour 29 juin

Les Canadiens de Montreal n’ont pas mis de temps à contacter le clan d'Alexis Lafrenière. 

Selon ce que TVA Sports a appris, la future vedette de la LNH a fait une entrevue par vidéoconférence avec Trevor Timmins et son équipe de recruteurs, lundi.

«Il a été très professionnel, très impressionnant, un vrai pro», m'a d'ailleurs confié un membre de l'organisation.  

Advenant une défaite lors du tour préliminaire des séries éliminatoires contre les Penguins de Pittsburgh, le Tricolore aurait 12,5% de chances de remporter la deuxième loterie donnant accès au premier choix du repêchage. Étant donné les faibles chances que le CH avait de le repêcher avant la loterie de vendredi dernier, il avait été convenu d’attendre de connaître le dénouement avant de le convoquer en entrevue.

Depuis le résultat du week-end, les partisans des Canadiens s’enflamment. Et ils ne sont pas les seuls. Voici ce que Martin Lapointe, directeur du développement des joueurs, m’avait confié en entrevue la semaine dernière au sujet de l’ailier gauche de Saint-Eustache.

«Alexis est un joueur exceptionnel, avait-il indiqué. Il se démarque de tous les autres. C’est pour ça qu'il va être le premier choix au repêchage. Il joue dans les deux sens de la patinoire, c’est un gars qui est très combatif et il peut faire des jeux à partir de rien. Il a une vision du jeu exceptionnelle, son "QI hockey" est "off the charts". Pour nous , c’est un joueur complet, c’est un joueur de concession.»

Les Canadiens ne sont pas les seuls à vouloir lui parler. D’autres formations qui joueront dans la ronde préliminaire ont fait des demandes d’entrevue cette semaine.

Où jouera Lafrenière?  

Quelles sont les options pour Alexis Lafrenière avant que la saison 2020-2021 ne débute dans la LNH? À moins de faire erreur, je crois que ce sont les seules options.  

  1. Rester à la maison. S’entraîner, se renforcer, développer ses habilités pour le camp d’entraînement dans la LNH peu importe quand il aura lieu.    
  2. Jouer en Suisse ou une ligue élite en Europe en attendant le début de saison dans la LNH. Il y a cependant quatre problèmes avec cette hypothèse. De un, il n’y a aucune garantie que le hockey reprendra à temps. De deux, les équipes européennes ne sont pas très favorables d’héberger un joueur qui pourrait quitter en pleine saison. De trois, probablement le point le plus important: les risque de blessures ou de se rapporter à son équipe déjà exténué d’une longue saison en valent-ils la peine? Et de quatre, j'ai de la difficulté à imaginer que l’équipe qui obtiendra Lafrenière soit ouverte à le voir partir en Europe.   
  3. Retourner à Rimouski. Est-ce plausible que la saison de l’Océanic débute avant celle de la LNH? Encore une fois, il faut penser aux risques de blessures.      

Aucune de ces options n'est idéale. Un entraîneur me disait: «je ne vois pas comment les équipes de la LNH pourraient accepter que leurs joueurs de 20-21-22 ans soient arrêtés jusqu’en décembre».

Ce qui risque d’arriver est que les équipes organiseront des entraînements supervisés et des camps de développement prolongés pour encadrer leurs espoirs. 

Pour ce qui est de l'encadrement, soyez assurés que l’équipe qui repêchera Lafrenière va s’assurer qu’il ait tout ce qu’il lui faudra pour poursuivre son développement.