SPO-Alouettes vs Toronto Argonauts

Crédit : Dominic Chan / Agence QMI

NFL

Johnny Manziel est plus heureux loin du football

Publié | Mis à jour

L’ancien quart-arrière de la NFL et des Alouettes de Montréal Johnny Manziel a trouvé le bonheur et c’est loin des terrains de football.

C’est ce qu’il a affirmé au quotidien Lubbock Avalanche-Journal

«J’en suis enfin arrivé à un point où j’essaie de trouver le bonheur dans la vie, pas le bonheur sur le terrain de football», a-t-il dit.

«Je sais que beaucoup de gens veulent probablement que je revienne jouer et j’essaie à nouveau. Mais je ne sais pas. Pour ce qui en est d’être une personne et de comprendre la vie d’un jeune adulte, (je ne sais pas) si j’ai déjà été dans un meilleur endroit que je ne le suis en ce moment, a poursuivi Manziel. 

«Je peux honnêtement dire que je suis heureux et que je fais les bonnes choses pour tenter de mettre un sourire sur mon visage tous les jours. Cela signifie plus pour moi que de me battre sur un terrain de football.»

Le cœur n’y était pas

«Johnny Football» a été repêché dans la NFL au premier tour (22e au total) du repêchage de 2014 par les Browns de Cleveland. Il est resté avec la formation de l’Ohio seulement deux saisons (2014 et 2015). Il a ensuite tenté l’expérience de la Ligue canadienne avec les Tiger-Cats de Hamilton (2018). 

Cette équipe l’a ensuite échangé aux «Als», mais l’expérience n’a pas été concluante avec l’équipe de la Belle Province. Avant le début de la saison 2019, il a été libéré par les Alouettes pour avoir violé les termes de son contrat.

«Pendant la période où j’ai été repêché, je n’ai pas mis le temps nécessaire pour devenir un grand joueur et je ne pense pas que mon cœur y était, s’est souvenu Manziel. Je pense que quand je suis allé au Canada, c’était la même chose. Je croyais vraiment et pensais réellement que c’était ce que je voulais faire. Mon cœur n’y était pas et cela a donné ce que cela a donné.»

Au diable ce que les gens pensent

L’homme qui a maintenant 27 ans est bien avec sa décision et ne se préoccupe pas de ce que les autres pensent de lui.

«Les gens peuvent me traiter de ce qu’ils veulent, a clamé Manziel. Il y a peut-être autre chose que j’aimerai et que je voudrai faire. Cela me mettra un sourire dans le visage quand j’irai au boulot. Mais pour l’instant, je suis vraiment vraiment content de vivre...»