AUTO-PRIX-F1-ESP-TEST

Crédit : AFP

F1

F1: un piège dès le départ

Publié | Mis à jour

À quelques jours du début de la saison écourtée de Formule 1, le Québécois Lance Stroll a amorcé sa préparation en vue du Grand Prix d’Autriche, tenu sur le circuit Red Bull Ring, qui représente un défi intéressant pour les pilotes.

Le tracé étant très court, la lutte sera très serrée lors des qualifications, puisque chaque erreur pourrait coûter plusieurs positions sur la grille de départ en vertu des écarts plus petits. Par ailleurs, il s’agit du troisième circuit en ce qui concerne l’altitude, ce qui signifie que l’oxygène est plus rare et que les blocs motopropulseurs sont mis à rude épreuve.

«C’est [un circuit] court et technique, ce qui le rend très serré, a expliqué Stroll dans un communiqué de son écurie Racing Point, lundi. Un tour de qualification dure un peu plus d’une minute, donc chaque virage doit être parfait. C’est presque comme une piste de kart dans ce sens.»

En 2019, moins d’une seconde a séparé la cinquième et la 18e place lors du premier segment de la qualification. Sergio Perez et Stroll avaient alors respectivement raté le deuxième segment avec des marges respectives de 0,011 et 0,054 s.

«Chaque détail du tour et chaque centième de seconde compte. Ces fractions de seconde peuvent faire la différence entre deux ou trois positions sur la grille. Et c’est vraiment excitant», a ajouté Stroll.

Un bon rythme à garder

En Autriche, où se dérouleront deux Grands Prix consécutifs en deux semaines pour amorcer la saison, Racing Point aura l’occasion de montrer que son bon rythme montré lors des essais hivernaux au mois de février n’était pas un écran de fumée.

Lorsque l’écurie britannique a dévoilé sa monoplace, plusieurs autres équipes avaient fait part de leurs préoccupations en raison de la ressemblance de la voiture avec celle de Mercedes en 2019, qui a permis à Lewis Hamilton d’être sacré champion du monde.

L’an dernier, Perez avait terminé la course 11e, et Stroll, 14e, en Autriche. Max Verstappen (Red Bull) avait remporté l’épreuve au terme d’une féroce bataille avec Charles Leclerc (Ferrari).