Kevin Lowe

Crédit : Vincent Ethier

LHJMQ

Kevin Lowe: 50 $ par semaine au lieu de... 50 000 $!

Publié | Mis à jour

Kevin Lowe a bien failli ne jamais devenir le capitaine des Remparts à sa dernière année dans la LHJMQ en 1978-1979.

L’anecdote vient de Jocelyn Faucher, son ancien partenaire devenu un bon ami au fil du temps. À l’époque, les équipes de l’Association mondiale de hockey (AMH) n’hésitaient pas à déplier d’importantes sommes d’argent pour recruter de jeunes joueurs afin de les convaincre de faire le saut immédiatement chez les professionnels. 

Les Bulls de Birmingham avaient d’ailleurs convaincu Michel Goulet de tourner le dos aux Remparts à l’été 1978 pour un salaire de 50 000 $ US après avoir marqué 73 buts en 72 rencontres à son année de 17 ans. Selon Faucher, Lowe a reçu une offre semblable des Bulls.

«Il a reçu la même offre, mais sa mère lui avait dit qu’il s’était engagé avec les Remparts et qu’il devait continuer. Plutôt que d’avoir 50 000 $, il avait 50 $ par semaine avec les Remparts. Il a dû me répéter cette anecdote trois ou quatre fois au fil du temps», a raconté le joueur le plus puni de la première édition des Remparts.

Sans parler de ce cas précisément, Martin Madden se souvient que les Bulls étaient très actifs dans le recrutement de jeunes talents prometteurs.

«Je n’ai pas été directement impliqué, mais cet été-là, Birmingham essayait de ramasser plusieurs jeunes joueurs. C’était leur façon de bâtir leur équipe et Kevin avait été assez dominant l’année précédente à 6 pi 2 po et 200 quelques livres. Il était un attrait pour ces équipes», a souligné l’ancien DG des Nordiques.

Choisi après Goulet

Quelques semaines après avoir complété le calendrier avec 26 buts et 86 points, Lowe deviendra le tout premier choix de l’histoire des Oilers (21e au total) lors de la séance de sélection de la LNH, tout juste derrière Goulet.

«De finir l’année à Québec, je crois que ça l’a bien servi. S’il avait joué pro, il aurait possiblement été repêché plus tôt et il n’aurait pas eu la chance d’être repêché par les Oilers et de jouer avec Gretzky et tous les autres qui ont fait des Oilers une dynastie», a renchéri Madden.