Repêchage 2020 de la LNH

Imaginez Lafrenière avec...

Imaginez Lafrenière avec...

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 26 juin
Mis à jour 26 juin

Encore 16 équipes rêvent toujours de mettre la main sur Alexis Lafrenière.

Les Canadiens, les Penguins, les Hurricanes, les Rangers, les Islanders, les Panthers, les Maple Leafs, les Blue Jackets, les Oilers, les Blackhawks, les Predators, les Coyotes, les Canucks, le Wild, les Flames et les Jets.  

À Montréal, Lafrenière serait étiqueté comme le sauveur. La pression serait énorme, mais le Québécois ne reculerait pas devant ce défi. Son passé démontre qu’il a des nerfs d’acier. Lafrenière serait au coeur du plan de relance de Marc Bergevin avec Nick Suzuki, Jesperi Kotkaniemi, Cole Caufield et Alexander Romanov.

Toutefois, prenez le temps d’imaginer Lafrenière avec une équipe en pleine ascension ou une équipe de pointe.

Exemple, les Penguins. Imaginez-le à la gauche de Sidney Crosby. Le no 87 le prendrait sous son aile et lui permettrait de se développer sans avoir la pression de transporter l’équipe sur ses épaules. Un peu comme Mario Lemieux l’avait fait avec Crosby en 2005. Crosby et Lafrenière, les deux gloires de l’Océanic de Rimouski réunis à Pittsburgh. Un scénario rêvé pour certains.

Ou encore imaginez-le avec les Oilers d’Edmonton. La formation albertaine se cherche un ailier gauche pour jouer avec Connor McDavid ou Leon Draisaitl. Encore-là, Lafrenière n’aurait pas la pression d’être le sauveur et ils évolueraient avec les deux joueurs considérés présentement comme les deux meilleurs au monde. Et les Oilers se retrouveraient encore avec le premier choix comme ce fut le cas avec Taylor Hall (2010), Ryan Nugent-Hopkins (2011), Nail Yakupov (2012) et Connor McDavid (2015).

Et que dire des Maple Leafs de Toronto. Imaginez Lafrenière avec Auston Matthews, John Tavares, Mitch Marner et William Nylander. Le Québécois serait un joueur parmi tant d’autres à Toronto et il pourrait exploiter son grand talent avec des joueurs de haut niveau. Et Lafrenière ne coûterait pas cher lors des trois premières années de son contrat. Ce serait un problème salarial de moins pour le directeur général Kyle Dubas...

À Winnipeg, Lafrenière tomberait aussi dans un environnement qui l’avantagerait. Les Jets comptent déjà sur des joueurs offensifs comme Patrik Laine, Kyle Connor, Mark Scheifele, Blake Wheeler et Nikolaj Ehlers. Lafrenière serait entouré de merveilleuse façon.

Bref, 16 équipes peuvent encore rêver à Alexis Lafrenière, dont les Canadiens de Montréal.

Qu’est-ce qui est mieux pour le développement et l'avenir de Lafrenière ?

Aboutir dans une équipe comme Montréal et être le sauveur ou encore se retrouver avec une équipe ou la pression sera moins grande ?

Une chose est certaine. Les dernières années ont été difficiles pour les partisans du Tricolore. Les moments de réjouissances ont été très peu nombreux.

Les prochaines semaines pourront entretenir l’espoir de voir Alexis Lafrenière dans l’uniforme Bleu-Blanc-Rouge.

Rêver, il n’y a rien de mieux pour le moral. Surtout ces temps-ci.