WTA-SPO-TEN-BNP-PARIBAS-OPEN---DAY-11

Crédit : AFP

Tennis

Milos Raonic fait bande à part

Publié | Mis à jour

Contrairement à beaucoup d’autres, Milos Raonic n’a pas trop souffert du confinement. 

Le joueur de tennis canadien en a plutôt profité pour redoubler d’ardeur à l’entraînement et peaufiner sa préparation en vue de la reprise des activités sur le circuit de l’ATP.

«En fait, j’ai aimé l’isolement et la possibilité de me concentrer juste sur mon tennis, a confié le joueur de 29 ans pendant la baladodiffusion "Match Point Canada" de la fédération nationale de tennis, jeudi. Cette nouvelle façon de vivre n’est pas si différente pour moi contrairement à ceux qui ne voyagent pas autant que nous, les joueurs de tennis, depuis leur jeune âge.»

Lorsque l’ATP a suspendu ses activités au mois de mars en raison de la crise du coronavirus, Raonic n’a pas tardé à retourner sur le terrain. «J’ai pris une pause vraiment courte, puis je suis revenu tout de suite à l’entraînement», a précisé le 30e joueur mondial.

Avec son équipe, qui est menée par l’entraîneur Mario Tudor, le Canadien a divisé son temps à l’entraînement en trois blocs.

Le premier visait surtout à développer l’aspect physique. «L’idée c’était de frapper la balle sur le court pour garder la sensation, mais surtout de se concentrer sur la forme physique et de s’assurer que je puisse restructurer et reconstruire mon corps», a expliqué Raonic.

«Dans le deuxième bloc, on a vraiment augmenté l’intensité et le volume de tennis. On a travaillé sur plus de choses, dans différentes situations : des mouvements spécifiques, des stratégies différentes que je pourrais utiliser. (...) Le prochain bloc sera plus situationnel et on passera plus de temps sur le court», a-t-il poursuivi.

Retour sur terre battue

Si la situation avec la COVID-19 le permet, Raonic espère reprendre l’action à Washington, dans le cadre du Citi Open, à la mi-août. Le tournoi sera suivi par le Western & Southern Open et les Internationaux des États-Unis. La transition se fera ensuite vers la terre battue avec les tournois de Madrid, Rome et Roland-Garros en septembre.

«Je n’ai pas joué sur terre battue ces dernières années en raison de problèmes physiques. Maintenant, en travaillant avec mon équipe, tous les problèmes se sont calmés et sont sous contrôle depuis un bon moment. Donc, je sens que c’est quelque chose à laquelle je vais pouvoir participer cette année (les tournois sur terre battue)», a dit Raonic.

L’Ontarien espère pouvoir reprendre les choses où il les avait laissées en début d’année, lorsqu’il avait atteint les quarts de finale aux Internationaux d’Australie et les demi-finales à Delray Beach.

Il s’attend à beaucoup de changements sur le circuit, notamment à jouer devant des gradins vides. Néanmoins, il ne s’en laisse pas affecter. «Aller de tournoi en tournoi, changer de conditions, de courts... pour toutes ces choses, tu dois t’ajuster. Ce ne sera qu’une chose de plus.»