Crédit : Jerome Miron-USA TODAY Sports

Impact de Montréal

De jeunes talents à surveiller à Orlando

Publié | Mis à jour

Plus les saisons passent, et plus la MLS s’inscrit dans «l’économie mondiale» du soccer en produisant de jeunes joueurs qui attirent les plus grands clubs de la planète.

Le succès fulgurant du Canadien Alphonso Davies en Allemagne, avec le Bayern Munich, en est l’exemple le plus frappant. L’ancien des Whitecaps de Vancouver, qui évolue au poste de latéral gauche, est en voie de devenir l’un des meilleurs au monde à sa position.

Ce n’est pas rien.  

Davies n’est pas le seul cas encourageant. Le Bayern a aussi donné des minutes de jeu, il y a quelques jours, à Chris Richards, un défenseur américain formé par l’académie du FC Dallas. L’ancien milieu de terrain des Red Bulls de New York Tyler Adams obtient sa part de temps de jeu avec le RB Leipzig, l’une des meilleures équipes d’Allemagne. Toujours en Allemagne, le milieu offensif Giovanni Reyna, un produit du système du New York City FC, commence à faire l’étalage de son talent à Dortmund.

Et dans cette «économie mondiale», la MLS ne fait pas que former des talents locaux. Elle devient, aussi, un intéressant véhicule pour de prometteurs jeunes joueurs étrangers qui veulent faire avancer leur carrière. Le cas du Paraguayen Miguel Almiron, passé d’Atlanta à Newcastle, en Angleterre, est le plus flagrant. Mais dans les deux dernières saisons, quelques équipes de la MLS, dont l’Impact de Montréal, ont mis la main sur de jeunes joueurs très doués qui aideront le club dans l’immédiat et qui lui permettront de mettre la main sur de beaux dollars dans quelques années, si tout se passe comme prévu.

Bref, la MLS accueille encore sa part de vedettes vieillissantes et ce n’est pas une mauvaise chose. Qui était malheureux de voir Zlatan Ibrahimovic, Wayne Rooney ou Nani en MLS ces dernières années? Qui se plaindrait de voir Cristiano Ronaldo débarquer, même à 37 ans, en MLS dans deux ans? Personne. Mais elle devient aussi une ligue de jeunes qui sert de tremplin. Ça la rend de plus en plus compétitive et intéressante.

Sur ce long préambule, voici donc une liste de cinq jeunes joueurs, sans ordre particulier, qui seront à surveiller lors du tournoi «MLS is back» de cet été à Orlando... et lors de l’éventuelle reprise des activités régulières de la ligue.

Brenden Aaronson, milieu de terrain, Union de Philadelphie 

Aaronson n’a pas encore 20 ans, mais il est déjà un incontournable dans l’effectif de l’Union, où il a été formé. Fort techniquement, avec une grande maturité pour son âge, il a déjà été rappelé une fois par l’équipe nationale américaine. On vante beaucoup sa vision du jeu, sa qualité de passe, son calme en possession du ballon. Il est aussi infatigable quand vient le temps de mettre de la pression sur l’adversaire. Bref, il s’agit déjà d’un joueur complet et il n’a (vraiment) pas fini de s’améliorer. S’il continue sur cette lancée, il ne restera pas longtemps en MLS. L’an dernier, à 18 ans, il a effectué 28 présences en saison régulière et deux autres en éliminatoires. Il avait marqué une fois en deux matchs en début de saison, cette année. Pourrait littéralement exploser à Orlando.

Zachary Brault-Guillard, défenseur latéral, Impact de Montréal 

Après une saison à être la doublure du grand Bacary Sagna, le jeune international canadien est maintenant le choix numéro un au poste d’arrière droit chez l’Impact. Dans les quelques matchs qu’il a disputés en 2020 avant le début de la pandémie de COVID-19, Brault-Guillard a démontré qu’il pouvait pratiquement occuper tout le couloir droit à lui seul. Le joueur formé à Lyon, qui est désormais un membre à part entière de l’Impact, se révèle particulièrement dangereux dans les phases offensives et s’il peut parfois être plus brouillon en défense, ce n’est rien qui ne peut pas être gommé avec le temps. Le garçon semble intelligent et mature. Et plus la saison 2020 avancera (si elle finit bel et bien par avancer), plus il deviendra clair que Brault-Guillard est tout un atout dans la manche de l’entraîneur Thierry Henry.

Brian Rodriguez, ailier, Los Angeles FC 

L’Uruguayen de 20 ans avait quelques clubs européens sur sa trace, l’été dernier, mais il a choisi le Los Angeles FC. Joueur désigné, on le dit très rapide et plutôt bon dribleur, un ailier extrêmement dangereux sur la contre-attaque. Un peu comme ses coéquipiers Diego Rossi et Carlos Vela, Rodriguez aime attaquer les défenseurs à un contre un. Il est également un passeur étonnant et un joueur qui, comme Aaronson, aime bien mettre la pression sur l’adversaire dans le secteur offensif. Ses statistiques n’ont rien d’impressionnant depuis son arrivée à Los Angeles, mais cela n’est sans doute seulement qu’une question d’adaptation. Il y a un risque que Vela, dont l’épouse est enceinte, ne se présente pas à Orlando. Cela pourrait donner l’occasion à Rodriguez de donner toute la mesure de son talent.

Crédit photo : Jayne Kamin-Oncea-USA TODAY Sports

Robbie Robinson, attaquant, Inter Miami 

Formé à l’Université Clemson, le gros attaquant, tout premier choix du dernier «SuperDraft» de la MLS, est devenu le titulaire un peu par défaut à sa position au sein de l’Inter Miami, puisque la formation floridienne, une équipe d’expansion, est toujours en train d’assembler son effectif. Cela ne signifie pas pour autant que Robinson n’est pas un joueur intéressant. Rapide, plein de confiance, l’Américain a un réel potentiel de buteur. D’ailleurs, il a marqué 18 fois en 19 matchs dans le circuit universitaire, en 2019. Robinson a disputé les deux matchs de l’Inter Miami en 2020 et pour une verte recrue, il a bien paru, obtenant même une passe décisive sur le premier but de l’histoire du club. Il risque de nouveau d’avoir la chance de se faire valoir à Orlando.

Crédit photo : Orlando Ramirez-USA TODAY Sports

Ezequiel Barco, milieu offensif, Atlanta United 

D’un côté, Barco est un joueur établi qui n’a plus particulièrement besoin de présentations, et d’un autre... il n’a que 21 ans! Acheté par Atlanta pour 15 millions $ à Independiente, en Argentine, Barco est doté d’un talent sûr, bien qu’il n’ait pas encore réellement explosé en deux saisons en MLS. Cela ne peut encore être qu’une question de temps, d’autant plus qu’Atlanta aura besoin de sa contribution plus que jamais, en 2020, après les départs de Tito Villalba et Darlington Nagbe. En tout cas, production ou pas, Barco semble régulièrement convoité par de grosses pointures européennes : dernièrement, Lyon et la Fiorentina ont été liées au jeune homme par la rumeur...

Mentions honorables 

Paxton Pomykal, milieu de terrain, FC Dallas

On ne dit que du bien du jeune homme de 20 ans qui a disputé 25 matchs, la saison dernière, en MLS. L’académie du FC Dallas ne cesse de produire des joueurs de qualité.

Djordje Mihailovic, milieu de terrain, Fire de Chicago

À 21 ans, il est l’un des plus beaux espoirs américains à son poste : il a d’ailleurs déjà représenté son pays à cinq reprises. En deux matchs en 2020, il avait déjà amassé deux passes décisives.

Luis Binks, défenseur central, Impact de Montréal

L’Impact a probablement frappé un grand coup en embauchant cet espoir de 18 ans formé à l’académie de Tottenham, l’un des plus grands clubs au monde. Dès ses premières présences avec l’Impact, Binks a impressionné par son calme et son efficacité.

Gianluca Busio, milieu offensif, Sporting de Kansas City

Busio n’avait que 15 ans lorsqu’il a signé son premier contrat professionnel! À maintenant 18 ans, il a déjà une saison complète de MLS dans le corps et lui aussi, il attire les regards de certains clubs européens...