HKN-HKO-SPO-2020-NHL-ALL-STAR-SKILLS

Crédit : AFP

LNH

Vers un vote ultime dans la LNH

Vers un vote ultime dans la LNH

Louis Jean

Publié 23 juin
Mis à jour 23 juin

À compter d’aujourd’hui, la phase 2 du protocole de retour au jeu dans la Ligue nationale de hockey permettra à des groupes de 12 joueurs de s’entraîner en même temps sur la glace. Auparavant, la limite était de six. 

Il était prévu d’augmenter graduellement le nombre de joueurs, mais cette mesure a été davantage en réponse au désir des joueurs. Plusieurs d’entre eux préféraient continuer de s’entraîner en plus grand nombre, dans des arénas privés, que de se rapporter à leur centre d’entraînement. 

La capitaine du Lightning de Tampa Bay, Steven Stamkos, semblait trouver cette mesure un peu curieuse alors que le centre d’entraînement de son club a dû fermer ses portes le week-end dernier en raison de plusieurs contrôles positifs à la COVID-19.

Le raisonnement derrière l’augmentation du nombre de joueurs lors des entraînements facultatifs est qu’on souhaite que davantage de joueurs se rapportent aux centres d’entraînement ou les conditions et mesures sanitaires sont nettement meilleures.

La période à risque  

On me pose souvent la question à savoir quelles sont les véritables chances que la saison reprenne et s'il y aura assurément des séries éliminatoires? La réalité est qu’il y a tellement d’impondérables et de choses que la LNH ne contrôle pas qu’il est impossible de répondre avec certitude à cette question. Le moment critique sera la phase 3, c’est-à-dire les camps d’entraînement. Selon moi, c’est là que ça passe ou ça casse.

Étant donné que les camps se dérouleront dans 24 villes différentes et que les joueurs auront accès au monde extérieur, si on peut dire, les risques de contagion seront plus élevés. Il est clair qu’on conseillera aux joueurs de limiter leurs déplacements entre l’aréna et la maison, si possible, mais il n’y a aucun doute que les joueurs seront plus à risque.

Que fera-t-on s’il y a une éclosion de cas au sein d’une équipe ou à travers la ligue? Personne n’a été en mesure de répondre clairement à cette question jusqu’à présent. Une fois entré dans la bulle, il ne devrait pas trop y avoir de problèmes. Le grand défi sera de s’y rendre.

Un vote d'ici la fin du mois de juin  

Comme je le détaillais dans mon billet de lundi, les négociations se poursuivent depuis un certain temps entre l’Association des joueurs et la LNH.

Il y a en fait trois négociations en cours. Une sur la phase 3 (les camps d’entraînement), une sur la phase 4 (les séries éliminatoires) et une autre sur le prolongement de la convention collective.

Le souhait est qu’on en arrive à une entente sur tous ces points d’ici la fin du mois de juin et de passer au vote. Ce qui veut dire que normalement, les joueurs seraient appelés à voter sur ces trois dossiers.

Sans une prolongation de la convention collective, il sera difficile, peut-être même impossible, de sauver la saison. Les prochains jours seront cruciaux. Je ne vois pas comment on va commencer les camps d’entraînement sans qu’il y ait une entente en place auparavant.

La Ligue nationale et l’Association des joueurs ont souvent été à couteaux tirés dans le passé en ce qui concerne la négociation de la convention collective. Mais il n’y a pas de menace de grève ou de lock-out cette fois-ci. Les défis qui se présentent ne sont pas causés par un parti ou l’autre. C’est pour cela qu’il y a une volonté de travailler conjointement pour régler les points litigieux.

Parmi ceux-ci, il y a le plafond salarial pour les prochaines saisons, les retenues salariales des joueurs, les questions d’assurances, le calendrier international et plusieurs autres points. Heureusement, les deux partis ont avancés plusieurs dossiers depuis six mois, au moins.

Les villes hôtes  

Les villes de Las Vegas et Vancouver semblent vraiment se démarquer pour recevoir des matchs de hockey lorsque la saison reprendra. Même si on me mettait en garde concernant la candidature de Las Vegas, lundi, la ville du Nevada a été, et demeure, depuis le début du processus le choix numéro un selon ce qu’on me dit.

«Même s’il y a encore beaucoup de cas de COVID-19 à Las Vegas, la proposition est très attrayante en terme de protection. Ce serait l’endroit où il serait le plus facile de placer les joueurs dans une bulle très hermétique. Tout le monde serait testé avant d’y entrer. Les risques seraient minimes», m’a-t-on expliqué.

La candidature de Vancouver semble aussi se démarquer du lot. Les choses peuvent changer toutefois puisque les négociations se font avec les différents paliers gouvernementaux ainsi que la santé publique. Toutefois il est clair qu’il serait plus facile de créer une bulle dans les villes de Vancouver et Edmonton qu'à Toronto. Même si la Ville reine demeure encore une option, elle semble perdre du terrain actuellement.

On s’attend à une annonce de la part de la LNH d’ici le week-end parce que le temps commence à manquer. Si tout se déroule comme prévu, les joueurs des 24 équipes se rapporteront dans les deux villes choisies la dernière semaine de juillet pour compléter les camps et jouer des matchs préparatoires. Il faut donc préparer l’infrastructure, réserver les hôtels, restaurants, coordonner les endroits où les joueurs s'entraîneront, etc. Bref, il y a beaucoup de travail à faire.

Les partisans admis?  

Au mois de mai, la possibilité de présenter des matchs devant des partisans lors de la finale de la Coupe Stanley avait été soulevée. Cette hypothèse semble maintenant à toute fin pratique écartée. On a espoir que pour la saison 2020-2021, les partisans soient admis de nouveau, mais quand exactement? Personne ne le sait.

Il est beaucoup question d’une deuxième vague de coronavirus, ce qui pourrait venir contrecarrer les plans. Plusieurs personnes impliquées dans les negociations croient que la prochaine saison débutera à la fin décembre. Une possibilité existe aussi de commencer la saison en grande pompe le 1er janvier avec la Classique hivernale. 

Tout dépendra du déroulement des séries éliminatoires.