Crédit : PIERRE-PAUL POULIN/LE JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI

LNH

Sept Québécois qui étaient voués à un brillant avenir

Publié | Mis à jour

Pour plusieurs jeunes joueurs, le repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH) représente la consécration d’un rêve de jeunesse. Lorsqu’ils entendent leur nom sur la scène, ils peuvent dire mission accomplie.

Mais une sélection, même au premier tour, ne suffit pas pour passer des patinoires de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) à la LNH.  

Une bonne dose de travail acharné, de préparation et de volonté est ensuite nécessaire pour faire le saut dans la meilleure ligue au monde.

Voici donc quelques exemples de jeunes hockeyeurs québécois qui, bien qu’ayant été repêchés au premier tour, ne sont jamais parvenus à faire leur place dans la LNH.

Marc-Antoine Pouliot, 22e choix en 2003, Oilers d’Edmonton 

Le joueur de centre a retenu l’attention lors de la saison 2002-2003 - son année de repêchage - avec une campagne de 32 buts et 73 points avec l’Océanic de Rimouski. Deux ans plus tard, avec la même équipe, il inscrivait 45 buts et cumulait 114 points. Puis, dès la saison suivante, il disputait ses premiers matchs avec les Oilers.

Mais le développement de Pouliot a rapidement stagné. Dominant dans la Ligue américaine (LAH), il n’a jamais su transporter son jeu dans la LNH. Il a finalement été limité à 192 matchs et 57 points au sein du circuit Bettman.

Alexandre Picard, 8e choix en 2004, Blue Jackets de Columbus 

Deux Alexandre Picard, tous deux nés en 1985, ont joué dans la LNH. L’un est défenseur et a évolué avec le Canadien de Montréal. L’autre est ailier gauche et bien qu’il ait été la huitième sélection au total en 2004, il n’a récolté que deux mentions d’aide en 67 parties avec les Blue Jackets.

Il s’agissait d’ailleurs d’une période difficile au niveau du recrutement pour les Blue Jackets. Cette année-là, les 12 joueurs sélectionnés par l’équipe n’ont disputé que 374 rencontres combinées dans la LNH. L’année précédente, ils choisissaient Nikolai Zherdev au quatrième échelon et en 2005, Gilbert Brule était sélectionné au sixième rang par l’équipe de l’Ohio.

Alex Bourret, 16e choix en 2005, Thrashers d’Atlanta 

Ayant montré des éclairs de génie offensif dans la LHJMQ, Bourret n’a jamais joué un seul match dans la LNH. Après une première campagne prometteuse dans la LAH avec 16 buts et 50 points, sa production offensive n’a fait que baisser par la suite.

Bourret a ensuite disputé six saisons dans la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH) entre 2012 et 2018.

Angelo Esposito, 20e choix en 2007, Penguins de Pittsburgh 

À sa première saison dans la LHJMQ, à 16 ans, Esposito a marqué les esprits avec une saison de 98 points avec les Remparts de Québec. À ce moment, certains le voyaient déjà comme le premier choix de l’encan de 2007.

Mais plutôt que de s’améliorer, Esposito a plutôt ralenti un peu plus au cours de ses trois saisons suivantes dans le circuit junior québécois. Puis, lorsqu’il a commencé sa carrière professionnelle, des blessures l’ont frappé pendant chacune de ses campagnes dans la LAH.

Il a finalement mis un terme à sa carrière en 2019 après avoir subi une violente commotion cérébrale en République tchèque.

Louis Leblanc, 18e choix en 2009, Canadien de Montréal 

Certains diront que le Canadien n’avait pas le choix. À l’occasion du 100e anniversaire de l’équipe, le repêchage était tenu au Centre Bell et Louis Leblanc était disponible quand le Tricolore est monté sur scène. Malheureusement pour Leblanc, les acclamations de la foule qui scandait son prénom ce jour-là ont peut-être été ses meilleurs moments avec l’équipe.

Limité à 50 parties – cinq buts et 10 points – avec l’équipe, il a tenté sa chance dans trois ligues européennes différentes en 2015-2016 avant de prendre sa retraite.

Philippe Paradis, 27e choix en 2009, Hurricanes de la Caroline 

Paradis n’a jamais été en mesure de récolter plus de 16 points au cours d’une saison dans la LAH après avoir été repêché. Il ne s’est ainsi jamais frayé de chemin jusqu’à la LNH.

Après une pause d’une saison en 2016-2017, Paradis s’est tourné vers la LNAH et la Slovénie pour prolonger sa carrière. Il évolue actuellement avec les Marquis de Jonquière.

Émile Poirier, 22e choix en 2013, Flames de Calgary 

Poirier a été l’une des têtes d’affiche des Olympiques de Gatineau entre 2011 et 2014, et il a été assez impressionnant pour que les Flames le retiennent au repêchage de 2013. Ses débuts dans la LAH se sont également bien déroulés avec les Flames d’Adirondack.

Mais un problème de consommation l’a toutefois handicapé, si bien que les Flames n’ont pas renouvelé son contrat en 2018. Il détient actuellement un contrat de la LAH avec le Moose du Manitoba et a été limité, jusqu’ici, à six matchs dans la LNH.