TORNHLDRAFT25

Crédit : Dave Abel / Toronto SUN

Repêchage 2020 de la LNH

10 échanges ayant impliqué des choix du top 10

Publié | Mis à jour

Rares sont les transactions impliquant des hauts choix au repêchage de nos jours. 

La plus récente impliquant une sélection parmi les 10 premières de l'encan amateur de la Ligue nationale de hockey (LNH) est survenue en 2017. Avant cela, il fallait à remonter à 2013.       

La cuvée de 2020 semble très riche en talent, surtout dans la première moitié du 1er tour. Il semble particulièrement difficile pour les différents experts de déterminer qui, par exemple, est le meilleur espoir entre Marco Rossi, Alexander Holtz, Lucas Raymond, Cole Perfetti, Jake Sanderson et Yaroslav Askarov. Le prochain repêchage se déroulera sous le signe de l'incertitude.

Sachant que les listes des différentes équipes pourraient diverger davantage qu'à l'habitude, pourrions-nous assister à des inversions de choix très tôt dans le repêchage? Ou encore à d'importantes transactions incluant des joueurs établis? 

«Ça dépend du sentiment des équipes par rapport au plafond salarial et de la volonté des propriétaires à puiser dans leurs fonds pour améliorer leur équipe, a noté l'analyste de NBC Pierre McGuire lorsque contacté par le TVASports.ca. Il sera intéressant de voir ce qui va arriver avec les joueurs autonomes sans compensation, et si des joueurs avec de gros contrats seront échangés.»

Bref, tout le monde est dans le néant en raison de la COVID-19. Mais le passé peut nous donner une idée de ce à quoi ressemblerait une transaction du genre. Le TVASports.ca a revisité les 10 derniers échanges ayant impliqué un choix dans le top 10.

2003          

La transaction | Les Panthers de la Floride échangent le 1er choix au total (Marc-André Fleury) ainsi qu’une sélection de 3e tour (Daniel Carcillo) en retour du 3e choix au total (Nathan Horton), de l’attaquant Mikael Samuelsson et d'un choix de 2e tour (Stefan Meyer)

C’est la dernière fois de l’histoire de la LNH qu’un tout premier choix a été échangé. Il n’y avait pas de plafond salarial, donc c’était plus courant à cette époque. 

En fait, cette transaction marquait une deuxième année consécutive dans laquelle la première sélection était échangée. Et les deux fois, les Panthers s’en sont départis! Quand on dit qu’on était à une autre époque...  

Avec le premier droit de parole, les Penguins ont prononcé le nom de Marc-André Fleury, des Screaming Eagles du Cap-Breton. Un gardien choisi le premier? C’était arrivé trois ans plus tôt, lorsque les Islanders de New York avaient jeté leur dévolu sur Rick DiPietro. Une sélection a mieux tourné que l’autre, on vous laisse deviner laquelle. 

Du point de vue des Panthers, les mauvaises langues diront que Fleury est devenu un joueur plus important qu'Horton, mais il faut comprendre que la formation floridienne comptait déjà sur un bon gardien en Roberto Luongo. Dans les circonstances, il était logique de se tourner vers un attaquant de puissance avec un haut potentiel tout en exploitant la valeur de la première sélection. 

Crédit photo : Photo d'archives, Reuters

2004          

La transaction | Les Blue Jackets cèdent le 4e choix au total (Andrew Ladd) aux Hurricanes de la Caroline en retour du 8e choix (Alexandre Picard) et d'un choix de 2e tour (Kyle Wharton)

Les Hurricanes ont sacrifié le 59e choix au total pour avancer de quatre rangs. Un choix judicieux, avec le recul! 

L'attaquant choisi par les Blue Jackets, Alexandre Picard, a joué moins de 100 matchs dans la LNH, alors que l’attaquant Andrew Ladd a gagné deux coupes Stanley avec les Blackhawks de Chicago, en plus d’avoir amassé 538 points en 950 matchs jusqu’ici. Il a aussi été le capitaine des Jets de Winnipeg (et des Thrashers d’Atlanta) pendant plusieurs années. 

Le repêchage est si inexacte qu’il est souvent payant de reculer pour ajouter un choix ou deux à sa banque. Bill Belichick a prouvé le bien-fondé de cette stratégie à moult reprises dans la NFL. Cette fois, cependant, ça n’a pas du tout fonctionné. 

2005          

La transaction | Les Thrashers d’Atlanta envoient le 8e choix (Devin Setoguchi) aux Sharks de San Jose en retour du 12e choix (Marc Staal), d'un choix de 2e tour (Chad Denny) et d'un choix de 7e tour (Myles Stoesz)

Ok, celle-là est plus complexe. Parce que Marc Staal n’a pas été sélectionné par les Thrashers. Le 12e choix a été refilé aux Rangers de New York en retour du 16e, utilisé pour choisir Alex Bourret, et du 41e choix, qui est devenu le gardien Ondrej Pavelec. 

On salue la créativité de Don Waddell, le directeur général des Thrashers à l’époque, mais encore faut-il être bien épaulé par ses recruteurs. Bourret, un attaquant, n’a joué aucun match dans la LNH. Les Thrashers ont transformé le 8e choix en un seul joueur régulier, soit Pavelec. 

Setoguchi, qui a souffert de problèmes d’alcoolisme au cours de sa carrière, a perdu des plumes après avoir connu une saison de 31 buts avec les Sharks 2008-2009. Il aura tout de même marqué 84 buts en 267 matchs avec la formation californienne. 

Crédit photo : Ottawa Sun Photo By Sean Kilpatrick

2007         

La transaction | Les Blues de St. Louis se départissent du 9e choix (Logan Couture) pour obtenir, des Sharks de San Jose, la 13e sélection de l’encan (Lars Eller) et un choix de 2e tour (Aaron Palushaj) ainsi qu’une sélection de 3e tour l’année suivante (Ian Schultz)

C’est toujours facile à dire après coup, et les deux équipes ont fini par sélectionner un bon joueur, mais les Sharks ont clairement eu la main heureuse. 

Couture est devenu un joueur d’impact pour eux au centre. Il revendique pas moins de 101 points en 116 matchs de séries éliminatoires. Eller, lui, est devenu un bon centre de troisième trio au sein des Capitals de Washington. 

Incroyable mais vrai : Eller, Palushaj et Schultz ont tous été échangés aux Canadiens de Montréal.

2008          

La 1re transaction | Les Maple Leafs échangent le 7e choix (Colin Wilson), un choix de 3e tour (Shawn Lalonde) et un choix de 2e tour en 2009 (Mat Clark) aux Islanders de New York en retour du 5e choix de l’encan (Luke Schenn)

Défenseur costaud prônant un jeu sans frioritures, Schenn a joué dans la LNH dès l’âge de 18 ans. Le hic, c’est que les arrières robustes de son style ont perdu la cote au cours de la dernière décennie. Schenn n’est jamais vraiment devenu un joueur d’impact. Mais il a permis aux Maple Leafs d’en obtenir un lorsqu’il a été échangé en retour de James van Riemsdyk. Dans cette optique, il faut féliciter les Leafs d’avoir pu tirer profit de la valeur de Schenn lorsqu’elle était encore excellente. 

La 2e transaction | Les Islanders de New York échangent le 7e choix (Colin Wilson) aux Predators de Nashville en retour du 9e choix au total (Josh Bailey) et d'un choix de 2e tour (Aaron Ness)

Bonne transaction de la part des Islanders, qui ont dégoté un meilleur joueur que les Predators en reculant de quelques rangs. Bailey a amené son jeu offensif à un autre niveau au cours des quatre dernières années, récoltant notamment 71 points en 2017-2018. 

Joueur de troisième trio rapide, Wilson amasse une trentaine de points par année. Avec les Predators, il s’est particulièrement illustré lors des séries de 2016, récoltant 13 points en 14 matchs. 

2011          

La transaction | Les Blue Jackets de Columbus échangent Jakub Voracek, le 8e choix au total (Sean Couturier) et un choix de 3e tour (Nick Cousins) aux Flyers de Philadelphie en retour de Jeff Carter

Un coup de maître de Paul Holmgren, le directeur général des Flyers à l’époque. Voracek a réussi deux saisons de plus de 80 points avec les Flyers et il demeure productif à ce jour. Couturier, lui, est devenu un attaquant capable d’amasser près de 80 points par année et un candidat régulier à l’obtention du trophée Selke. 

Carter n’a, au final, disputé qu’une saison avec les Blue Jackets avant d’être échangé aux Kings de Los Angeles contre le défenseur Jack Johnson et un choix de 1er tour en 2013 qui est devenu Marko Dano. 

Crédit photo : AFP

2012          

La transaction | Les Hurricanes de la Caroline échangent Brandon Sutter, Brian Dumoulin et le 8e choix au total (Derrick Pouliot) en retour de Jordan Staal

Les Hurricanes ont payé un fort prix pour réunir les frères Staal. Ils ont joué avec le feu, mais ils ne se sont pas brûlés : Pouliot n’est jamais devenu un défenseur de catégorie élite, lui qui a disputé l’essentiel de la saison 2019-2020 dans la Ligue américaine. 

Et Sutter, un espoir de qualité à l’époque, n’est pas aujourd’hui le joueur de centre dominant dans les deux sens de la patinoire qu’il était censé devenir.

Les Hurricanes étaient loin de se douter que le meilleur joueur qu’ils ont cédé dans la transaction est Brian Dumoulin, qui joue de grosses minutes à la gauche de Kristopher Letang à Pittsburgh. 

Staal, un attaquant costaud et très responsable en défensive, a fourni de bonnes saisons aux Hurricanes, mais il n’a pas l’impact d’un joueur vedette.

Cette transaction est assez difficile à évaluer, car il est impossible de savoir qui les Hurricanes auraient sélectionné s’ils avaient conservé leur choix. Cela dit, ils auraient pu aller chercher un très bon joueur. Au huitième rang, Jacob Trouba, Filip Forsberg, Tomas Hertl et Andrei Vasilevskiy étaient encore disponibles. 

2013          

La transaction | Les Canucks de Vancouver échangent Cory Schneider aux Devils du New Jersey en retour du 9e choix au total (Bo Horvat)

Enfin, un échange plus simple à décortiquer! 

Mike Gillis, ancien directeur général des Canucks, a surpris tout le monde en transigeant Schneider, son plus jeune gardien, au lieu du vétéran Roberto Luongo. Il s’agit d’un excellent coup de la formation canadienne. Horvat est désormais le capitaine des Canucks et un joueur de centre complet pouvant récolter une soixantaine de points. 

Les Devils ont payé cher leur gardien numéro un alors qu’historiquement, des options moins coûteuses sur le marché se sont révélées d’agréables surprises. Schneider a été excellent lors de ses trois premières années au New Jersey, affichant chaque saison un taux d’efficacité au-dessus de la barre des ,920, mais il est aujourd’hui méconnaissable en raison de blessures persistantes à une hanche. 

2017          

La transaction | Les Coyotes de l’Arizona échangent Tony DeAngelo et le 7e choix de l’encan (Lias Andersson) aux Rangers de New York et obtiennent Antti Raanta et Derek Stepan en retour

Il n’y a pas vraiment de perdant dans cet échange, les deux équipes en ont profité. En Raanta, les Coyotes ont trouvé leur gardien numéro un, en plus d’obtenir un vétéran pouvant épauler les jeunes joueurs de l’organisation en Stepan. 

Les Rangers auraient toutefois gagné haut la main cette transaction si Andersson s’était développé comme prévu. Bien entendu, il n’a que 21 ans et il a offert de belles performances en Suède cette saison, mais son jeu n’était pas très convaincant en Amérique du Nord.

Jusqu’ici, les Coyotes doivent surtout regretter de s’être départis de DeAngelo, qui a éclos à 24 ans cette année. Avec une récolte de 53 points, il a terminé le calendrier régulier au quatrième rang parmi les défenseurs du circuit. 

Si DeAngelo continue d’être aussi dominant sur le plan offensif, et si Andersson devient un attaquant important, les Rangers pourraient finir par avoir l’ascendant dans cette transaction. Jusqu’ici, c’est assez égal, mais Chayka aurait pu frapper un grand coup avec le 7e choix au total, sachant que Nick Suzuki, Martin Necas et Erik Brannstrom, notamment, étaient encore disponibles.