Sports divers

Pierre Lavoie, le rassembleur

Publié | Mis à jour

Lorsque le Grand Défi Pierre Lavoie a proposé aux Québécois de cumuler collectivement un million de kilomètres en activité physique sur une période de trois jours, l’objectif apparaissait ambitieux.

Mais samedi soir, le million, calculé via l’utilisation de l’application «1 million de KM ensemble» créée spécialement pour l’événement, était déjà atteint.

Ça a en dit long sur la capacité qu’a maintenant Pierre Lavoie à rassembler les Québécois autour de l’activité physique.

Et ça, ça impressionne le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau.

«Les objectifs ont déjà été rencontrés, c'est le début de la troisième journée, je pense que si ça se trouve, on va doubler les objectifs, s’est-il exclamé, dimanche matin, à l’émission "Salut Bonjour". Ce qui ne serait pas étonnant parce que Pierre Lavoie, lorsqu'il lance des défis, ils sont toujours rencontrés, et même davantage.»

M. Péladeau sait reconnaître un bon entrepreneur et en Pierre Lavoie, il en voit tout un.

«Le Québec des dernières décennies, nous avons décidé, et mon père en est un exemple je pense, de se prendre en main et de faire en sorte que l'économie nous appartienne, a-t-il rappelé. Et c'est réussi de plus en plus. Et c'est vrai également pour la collectivité, la société.»

«On doit dépasser le cadre étroit d'entrepreneur économique à celui d'entrepreneur social, a poursuivi le grand patron de Québécor, qui est partenaire du Grand Défi. Et nous connaissons la force des messages de Pierre. Il s'est investi pour faire en sorte que les saines habitudes de vie conduisent à une société plus riche, plus en santé.»

Ces habitudes mènent à une économie plus riche et épargnent également le système de santé, a-t-il rappelé.

Solidarité

La force du message de Pierre Lavoie impressionne également la ministre déléguée à l’Éducation, aussi responsable du loisir et du sport, Isabelle Charest.

«L'esprit de collaboration existe beaucoup avec le Défi, même de façon virtuelle, a-t-elle souligné, également à "Salut Bonjour". On le constate alors que l'objectif a été rencontré avant la fin du défi. C'est rendu une tradition qui a cet esprit de collaboration. C'est comme ça qu'on lance l'été, habituellement.»

Mme Charest y voit «un gros symbole, cette année», alors que les Québécois, qui quittent tranquillement le confinement lié à la pandémie de COVID-19, profitent de l’occasion pour bouger un peu plus et participer à cette nouvelle version virtuelle du Grand Défi.

GDPL: Isabelle Charest à Salut Bonjour -

GDPL: Hugo Saint-Jacques à Salut Bonjour -