Brewers c. Blue Jays

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Baseball - MLB

Pincement au cœur pour Jacques Doucet

Benoît Rioux

Publié | Mis à jour

Le Québécois Jacques Doucet devait vivre une journée grandiose, ce samedi, avec son intronisation au Temple de la renommée du baseball canadien, à St. Mary’s, en Ontario. Or, la pandémie de coronavirus est venue gâcher la fête et le réputé descripteur traverse la situation avec un léger pincement au cœur.

«C’est sûr que j’aurais aimé être là-bas, mais l’important, c’est que je sais que je vais être élu, a sagement commenté M. Doucet lorsque joint au téléphone, vendredi. Que la cérémonie ait lieu ou non, personne ne peut me l’enlever. C’est un peu comme Larry Walker et son intronisation à Cooperstown.»

Le vénérable Jacques Doucet, qui a été la voix des Expos de Montréal pendant 33 ans, devait être immortalisé en même temps que les anciens joueurs John Olerud, Justin Morneau et Duane Ward. C’est en avril dernier que l’homme de 80 ans a su que la cérémonie de ce samedi 20 juin était reportée.

«J’attends des nouvelles pour savoir si ce sera remis à l’automne prochain», a précisé M. Doucet.

À propos de Walker, l’ancien voltigeur des Expos devait se rendre au Panthéon du baseball à Cooperstown, entre le 24 et le 26 juillet, mais la cérémonie d’intronisation des membres prévue cet été, avec également la vedette des Yankees de New York Derek Jeter, a été reportée en 2021.

Ce n’était pas une blague...

En attendant d’avoir une mise à jour pour le Temple de la renommée du baseball canadien, M. Doucet a récemment fait l’objet d’un autre honneur qui le fait grandement sourire. Ainsi, le fabricant Topps a émis des cartes sportives à son effigie dans le cadre d’une série visant à rendre hommage à certains acteurs du baseball à l’extérieur du terrain.

«La compagnie m’a envoyé une centaine de cartes à la maison, d’avoir mon visage sur une carte de baseball, c’est une chose que je n’avais jamais imaginée, a avoué M. Doucet, en riant. À l’automne dernier, quand j’ai reçu l’appel du représentant de Topps, je lui avais demandé si c’était une mauvaise blague.»