SPO-GDPL

Crédit : PHOTO COURTOISIE/BENOIT THIBAULT

Sports divers

GDPL : Une première journée sous la chaleur

Publié | Mis à jour

Le jour 1 du Grand défi Pierre Lavoie n’a pas été de tout repos pour le quatuor de cyclistes mené par Pierre Lavoie. 

Ils ont dû affronter une chaleur avoisinant les 40 degrés en plus d’un vent de face durant le trajet d’environ 225 kilomètres.

Le groupe composé de Pierre Lavoie, François Bonnardel, Louis-François Marcotte et David Durocher a posé le pied au Centre Vidéotron vers 17h30, plus de huit heures après le départ de La Baie. À l’unanimité, ce fût une journée difficile. «C’était pénible, mais ça s’est bien passé. Il fallait bien gérer les ravitaillements, la chaleur et l’énergie», a dit Pierre Lavoie.

La canicule se poursuivra jusqu’à dimanche alors ceux et celles qui désirent contribuer à l’édition virtuelle 2020 du GDPL doivent tenir compte des conditions. «Il faut être prudent et faire attention. Diminuez l’intensité de votre activité physique, écoutez votre corps et hydratez-vous. Ce ne sont pas les conditions pour s’attaquer à vos records», a illustré le Dr Martin Juneau, cardiologue et directeur de la prévention à l’Institut de cardiologie de Montréal.

Le Québec au rendez-vous

La mouture 2020 du Grand défi Pierre Lavoie permet à l’ensemble de la population québécoise de contribuer et de cumuler les kilomètres pour atteindre l’objectif d’un million. Vendredi soir, vers 17h, plus de 50 000 personnes s’étaient inscrites sur l’application 1 000 000 de KM Ensemble et ils avaient cumulé 225 000 kilomètres. «Nous sommes gonflés à bloc en voyant ces chiffres. Le but était de créer un mouvement social, que les gens soient dans l’action et le tour de force est réussi», a souligné Pierre Lavoie.

Si la tendance se maintient, le GDPL 2020 devrait dépasser les 58 000 inscriptions de la Sun Run à Vancouver et ainsi devenir le plus gros événement en termes de participants au Canada. «Le potentiel est énorme. C’est un défi virtuel, mais l’important, c’est que les gens soient dans l’action. Si la cause est simple et que les gens embarquent, il n’y a pas de limite», a affirmé l’homme de 56 ans.

Québecor s’implique depuis plus de 10 ans

L’édition 2020 du Grand défi Pierre Lavoie marque la 11e collaboration entre l’organisation et Québecor. Pierre-Karl Péladeau, président et chef de la direction de Québecor, y voit un mariage naturel. «J’ai eu le coup de foudre pour l’idée dès le premier contact avec Pierre Lavoie. Le succès provient notamment du fait qu’on partage les mêmes valeurs», a dit M. Péladeau.

Au fil des années, les deux hommes ont partagé la route à de nombreuses reprises. Ce sera encore une fois le cas puisqu’ils rouleront ensemble dimanche, de Sorel à Montréal.

M. Péladeau invite la population à rejoindre le groupe Salut Bonjour, qui compte déjà plus de 1000 personnes. «Par les années passées, nous étions cinq dans mon équipe. En raison de la pandémie, on doit penser autrement. C’est en groupe qu’on va atteindre l’objectif d’un million de kilomètres», a affirmé le nouveau papa. Il a également pris le temps de remercier les nombreux collaborateurs qui font la promotion de l’événement : Dave Morissette, Josée Lavigueur, le chef Hugo St-Jacques et Pierre Jobin, pour ne nommer que ceux-là.

En bref

Pierre Lavoie prendra le départ de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ) samedi, à 9h. Il sera accompagné du Dr Horacio Arruda, directeur national de la Santé publique, jusqu’au traversier Québec-Lévis. Il roulera ensuite sur la 132 en direction de Bécancour, où il fera un arrêt avant de repartir et de terminer sa journée à Sorel-Tracy.