Crédit : Al Charest/Calgary Sun/QMI Agency

LNH

Daniel Carcillo a vécu l'enfer dans la LCH... et veut obtenir rédemption

Publié | Mis à jour

L'ancien joueur de la LNH Daniel Carcillo allègue avoir été victime et témoin d’initiations violentes, d'agressions physiques et sexuelles ainsi que de traumatismes psychologiques à l'époque où il évoluait dans la Ligue junior de l'Ontario. 

Il a d'ailleurs lancé jeudi, à ce sujet, un recours collectif contre la Ligue canadienne de hockey (LCH), ses trois ligues et ses 60 équipes. 

Pendant sa saison recrue avec le Sting, en 2002-2003, Carcillo soutient avoir été victime d’abus constants et répétés. Rien n’aurait été fait pour le protéger de même que les 12 autres recrues de l’équipe bien que l’entraineur-chef Jeff Perry et que le directeur général Terry Doran étaient au courant de la situation.

L’ancien joueur Garrett Taylor, qui a évolué dans la Western hockey League (WHL) de 2008 à 2010, fait également partie du processus.

Selon la poursuite, les joueurs qui participent au recours contre la LCH ont subi divers sévices. Ils auraient notamment été forcés de se masturber devant leurs coéquipiers et leurs entraîneurs, d’agresser sexuellement des coéquipiers, d’ingurgiter de la salive, de l’urine, du sperme et des excréments d’autres joueurs et d’avoir des rapports sexuels avec des animaux.

Processus de guérison

Carcillo souhaite que sa démarche aide les joueurs qui ont subi de mauvais traitements pendant leur passage chez les juniors.

«Je crois que cette poursuite donnera la chance à ceux qui ont été abusés de se faire entendre. Selon mon expérience, partager les histoires d’abus fait partie du processus de guérison. Ça permet aux gens de reprendre le pouvoir», a expliqué l’Ontarien de 35 ans.

«Je crois aussi que ça créera un changement positif dans le hockey junior au Canada. Ces abus n’ont rien à voir avec le sport et doivent cesser.»

Dans sa déclaration contre la Ligue canadienne de hockey (LCH), Daniel Carcillo a détaillé certains abus subis et dont il a été témoin dans ses années passées dans la Ligue de hockey de l’Ontario (OHL). Les sévices auraient été particulièrement nombreux lors de son année recrue, en 2002-2003, avec le Sting de Sarnia.

Carcillo a indiqué que les recrues devaient s’asseoir dans le milieu des douches, nues, pendant que les joueurs plus vieux urinaient sur eux, leur crachaient de la salive ou du tabac à chiquer. Au moins une fois, Jeff Perry a été témoin de la scène. Il aurait tout simplement ri et quitté les lieux.

Les recrues auraient également été frappées à répétition sur les fesses avec une palette de bâton de gardien de but, ce qui causait souvent des plaies ouvertes. Les blessures étaient à ce point sévères que les joueurs ne pouvaient pas s’asseoir, même à l’école. Les recrues auraient averti le personnel de l’équipe des abus, qui ont toutefois continué.

Lors des voyages sur la route, les recrues pouvaient être attachées, nues, et en groupe, dans la toilette de l’autobus. Les autres joueurs collaient leurs vêtements en boule, avec du ruban adhésif, et les joueurs ne pouvaient sortir de la toilette tant qu’ils n’avaient pas trouvé le moyen de se rhabiller. L’opération pouvait durer des heures, pendant lesquelles les autres joueurs urinaient et crachaient sur eux. Le rituel se déroulait devant les entraineurs.

Les recrues devaient aussi croquer des pommes placées dans une glacière remplie d’urine, de salive et d’autres fluides corporels.

Carcillo soutient également que des objets lourds ont été attachés aux testicules de certains joueurs. Leurs parties génitales auraient aussi été trempées dans un produit toxique. On aurait également inséré des bâtons ou de la nourriture dans l’anus de joueurs.

Enfin, les joueurs étaient, selon Carcillo, forcés à consommer de grandes quantités de drogues et d’alcool.

«Je le fais pour les jeunes d’âge mineur qui sont soumis à des initiations violentes, à des agressions physiques et sexuelles ainsi qu’à des traumatismes psychologiques pendant leur hockey junior. J’étais l’un de ces jeunes quand je jouais dans l’OHL. Je sais qu’il y en a plusieurs comme moi», a dit Carcillo sur les réseaux sociaux.

«Je crois que ça donnera la chance à ceux qui ont été abusés de se faire entendre. Selon mon expérience, partager les histoires d’abus fait partie du processus de guérison. Ça permet aux gens de reprendre le pouvoir, a poursuivi l’Ontarien de 35 ans. Je crois aussi que cette poursuite créera un changement positif dans le hockey junior au Canada. Ces abus n’ont rien à voir avec le sport et doivent cesser.»

The Hockey News a d'ailleurs mis la main sur la poursuite en question, que vous pouvez consulter en cliquant juste ici. 

Carcillo a pris sa retraite après la saison 2014-2015 alors qu’il portait les couleurs des Blackhawks de Chicago. Repêché par les Penguins de Pittsburgh en troisième ronde de l’encan 2003 (73e au total), il a disputé neuf saisons dans la Ligue nationale de hockey.