NHL/

Crédit : Photo d'archives, REUTERS

LNH

«Je n'oublierai jamais ce que Sidney m'avait dit»

Publié | Mis à jour

Pascal Dupuis, de son propre aveu, a connu ses meilleurs moments dans la Ligue nationale de hockey lorsqu’il évoluait aux côtés de Sidney Crosby sur un trio complété par Chris Kunitz.  

Mais comment ce Lavallois, qui n’avait jamais récolté plus de 48 points, est-il parvenu à faire sa niche à la gauche du meilleur joueur au monde?   

En entrevue avec le TVASports.ca, Dupuis a généreusement accepté de revenir sur certains moments marquants de sa carrière. Il a notamment raconté les débuts de son association avec Crosby, et comment celle-ci s’était déroulée. 

«C’est Sidney qui avait demandé à jouer avec Chris et moi», a d’abord mentionné Dupuis. 

«Tu te pinces un peu quand tu arrives dans le vestiaire et que tu vois que ton nom est à côté de celui de Sidney Crosby. Tu enfiles ton équipement et tu te dis : "Ouin, mes patins sont mieux d’être bien aiguisés, parce que je n’aurai pas le choix d’en jouer une grosse!". 

«Cela dit, la transition s’est somme toute bien faite. Sidney et moi avions plusieurs affinités en dehors de la patinoire. Nous avons longtemps été cochambreurs. Il savait ce que je pouvais lui amener et vice-versa. 

Dupuis a ensuite enchaîné en racontant un moment qui l’avait particulièrement marqué concernant Crosby. 

«Je ne l'oublierai jamais. Sidney était venu nous voir, Kunitz et moi, et il nous avait dit : "Les gars, jouez à votre façon. N’essayez pas de jouer comme moi, vous n’êtes pas capables! Jouer comme vous en êtes capables, et moi je vais m’ajuster à votre style de jeu. Si vous me laisser m’ajuster à vous, ça se passera bien.»    

Et on ne peut pas dire que «Sid The Kid» s’était trompé. Le trio qu’il formait avec Dupuis et Kunitz, entre 2010 et 2013, a connu énormément de succès. Dupuis a d’ailleurs connu sa meilleure saison en carrière en 2011-2012, alors qu’il a conclu le calendrier régulier avec 25 buts et 59 points. 

Crédit photo : Reuters

Encore aujourd’hui, le Québécois tire une énorme fierté d’avoir pu évoluer sur le même trio que le meilleur joueur de la planète. 

«C’est très flatteur qu’il ait demandé à jouer avec moi. En 2013, l’équipe était allée chercher Jarome Iginla pour jouer avec Crosby. Sauf que ça n’avait pas cliqué entre les deux et c’est moi qui était demeuré avec Sid. 

«Rien pour enlever à Jarome, qui est un joueur exceptionnel. C’est juste que Crosby était bien avec ce que Chris et moi amenions sur son trio.»

Un choix difficile     

Malheureusement, et alors qu’il était encore en excellente forme physique, Pascal Dupuis a dû annoncer sa retraite en 2015. 

Le patineur devait, depuis quelques mois, prendre des médicaments visant à diluer son sang, lui qui avait souffert de caillots de sang au poumon la saison précédente. 

Encore aujourd’hui, Dupuis reconnaît que la décision est loin d’avoir été facile à prendre. 

«Je n’étais pas prêt à me retirer. Je continuais à performer et je venais, à 37 ans, de terminer au troisième rang de l’équipe pour les tests physiques. Je pense que j’avais encore du bon hockey dans le corps, mais médicalement, c’était devenu dangereux de jouer.     

«Aujourd’hui, je suis en paix avec ça, mais ça m’a pris un bon bout de temps pour l’être, honnêtement. Je suis cependant père de quatre enfants tout en étant marié et je devais penser à ma santé avant tout.»

Crédit photo : AFP

Dupuis trouve toutefois le moyen de vivre sa passion autrement. 

«Je suis impliqué de près avec les Cataractes de Shawinigan et j’ai fait de même avec le Phénix du Collège Esther-Blondin, dans le Midget AAA. J’entraîne aussi mon garçon en tant qu’assistant.

«Cela dit, je ne patine vraiment plus très souvent, parce que je dois le planifier. Je dois arrêter ma médication pendant deux jours et ce n’est pas quelque chose que j’aime faire. Je dois m’assurer de ne pas subir de coupures ou de saignements pour être en mesure d’ensuite reprendre ma médication.»

Voilà une carrière qui aurait pu (et dû) être plus longue, certes. Mais Pascal Dupuis peut profiter de sa retraite la tête en paix. Après tout, y’a-t-il quelqu’un parmi nous qui a déjà joué sur le même trio que Sidney Crosby?