Crédit : Photo le Journal de Montréal, Martin Chevalier

Canadiens de Montréal

«Ce qui m’a le plus renversé, concernant Carey...»

Publié | Mis à jour

Depuis le jour où les Canadiens l’ont sélectionné en 2005, Carey Price voit ses moindres faits et gestes être décortiqués de façon quotidienne par des milliers d’amateurs de hockey. 

Soyons honnêtes, le gardien du CH ne laisse personne indifférent. Vous devez accompagner votre copine à un party de bureau alors que vous ne connaissez personne parmi ses collègues? Parlez de Carey Price! Vous allez potentiellement ouvrir une discussion qui ne se terminera que quelques heures plus tard... 

On le disait donc, tout le monde a son opinion sur Price. Trop payé? Meilleur gardien de la LNH? Trop inconstant? Seul joueur élite de l’équipe? Ces sempiternelles questions reviennent sans cesse lorsque le nom du populaire gardien de but est prononcé.

Mais combien de personnes connaissent vraiment Carey Price au-delà de ce qu’ils peuvent voir à la télévision? 

L’ancien gardien du Tricolore Cristobal Huet a eu l’occasion de côtoyer le #31 dès l’arrivée de ce dernier dans la LNH. Il a appris à le connaître en tant que joueur, bien sûr, mais aussi en tant qu’homme. 

Carey Price peut-il vraiment permettre au CH de battre les Penguins dans la série de qualification à venir entre les deux équipes? Que pense Huet de cette confrontation? Comment Price doit-il aborder une série du genre? 

Dans le cadre d’un entretien avec le TVASports.ca, Cristobal Huet a accepté de se mouiller... 

«Il était déjà fort»  

C’est lors de la campagne 2007-2008 que Huet a vu évoluer Price pour la première fois. 

«Il avait 20 ans», se rappelle le gardien français. 

«Dès le départ, ce qui m’avait sauté aux yeux, c’est qu’il se déplaçait extrêmement vite malgré son jeune âge. Il était très agressif sur la rondelle et il avait une capacité à lire les lancers qui était impressionnante.

«Ce qui m’a le plus renversé concernant Carey, toutefois, c’est lors de son premier match en carrière dans la LNH. La rencontre était disputée à Pittsburgh. Je me rappelle qu’il était vraiment tranquille. Pas du tout nerveux. Il y avait une caméra qui était rentrée dans le vestiaire avant le match, et Carey avait pris le temps d’écrire un mot pour sa mère et l’avait montré en faisant un clin d’oeil! À son tout premier match professionnel! Son calme m’avait vraiment marqué.   

«Les années ont passé et je me rends compte que c’est justement ce calme olympien qui lui a permis de réussir à s’établir comme il l’a fait. Un gardien qui parvient à rester calme en tout temps, cela se répercute sur son équipe entière. Tous les joueurs le sentent et cela fait des années maintenant que Carey amène cette apaisante facette à l’équipe.»

Crédit photo : Photo Martin Chevalier

Pour la petite histoire, Cristobal Huet et Carey Price s’étaient séparés le travail en 2007-2008. Price avait conclu sa première saison professionnelle avec 24 victoires en 41 matchs, une moyenne de buts alloués de 2,56 et un pourcentage d’arrêts de ,920. Il avait aussi signé trois jeux blancs. 

Le facteur Carey Price   

13 ans (déjà!) ont passé depuis la première saison professionnelle de Carey Price. Dans quelques semaines, si tout se déroule comme prévu, le gardien devrait être à son poste dans le cadre d’une série de qualification opposant les Canadiens aux Penguins. 

Comment Huet voit-il cette série? 

«Je crois que c’est l’équipe qui aura le mieux géré sa pause liée à la pandémie qui aura le dessus. Je pense que Montréal, si les joueurs ont bien fait leurs devoirs pendant la pause, a des chances contre Pittsburgh. 

«Ce sera une confrontation intéressante. Pittsburgh a une équipe offensive, mais si Montréal parvient à limiter les chances de marquer des Penguins et qu’ils contre-attaquent rapidement, ils peuvent aussi faire des dommages.»

Bien sûr, Huet ne peut terminer son analyse de la potentielle confrontation sans parler du fameux «facteur Carey Price».

«Évidemment, Carey aura un énorme mot à dire sur la série. Je crois que toutes les équipes ont besoin d’un gardien en forme. Price devra être prêt, sans aucun doute. Je ne pense pas qu’il aura besoin de voler des matchs, cela dit. Montréal a une bonne équipe, très rapide. Selon moi, si le CH relance l’attaque rapidement, il a des bonnes chances de faire mal aux Penguins. Soyons clairs, toutefois. Sur papier, Pittsburgh a un petit avantage, c’est sûr...»  

«C’est tout un travail»  

Cristobal Huet et Carey Price ont en commun le fait qu’ils aient dû, tous les deux, défendre la cage des Canadiens à une époque où l’équipe n’a pas été considérée comme une puissance depuis plusieurs années. 

Questionné à savoir si le fait d’être le gardien d’une équipe inconstante constituait un défi supplémentaire, Huet a répondu ceci. 

«C’est tout un travail pour le gardien de but de devoir évoluer pour une équipe moyenne. On ne peut pas se permettre d’avoir une soirée de repos, parce qu’on sait que notre performance risque de faire la différence à la fin du match. Il faut être là tous les soirs.»

Parlez-en à Carey Price...