HKN-HKO-SPO-VANCOUVER-CANUCKS-V-TORONTO-MAPLE-LEAFS

Crédit : AFP

LNH

Le Canada ouvre finalement la porte à la LNH

Publié | Mis à jour

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, se dit prêt à accepter de voir la Ligue nationale de hockey (LNH) reprendre ses activités dans une ville du pays.

Au cours de son point de presse de mardi, il a annoncé la prolongation de la fermeture de la frontière avec les États-Unis aux services non essentiels jusqu’au 21 juillet.    

Cependant, cette décision ne met pas en péril selon lui les aspirations de Toronto, d’Edmonton et de Vancouver qui souhaitent agir à titre de villes hôtesses pour le retour à l’action du circuit Bettman. 

«Trois villes canadiennes demandent cela. Évidemment, la décision doit être prise par la LNH, les villes et les provinces. Le Canada est ouvert à l’idée en autant que tout soit jugé conforme par les autorités locales en matière de santé publique», a affirmé le premier ministre. 

La ligue souhaite tenir ses matchs dans deux marchés et l’un d’entre eux sera Las Vegas, selon ce qu’a rapporté la semaine dernière le quotidien Las Vegas Review-Journal. Une annonce officielle est attendue la semaine prochaine.   

Au moment de dévoiler les grandes lignes du plan de relance de la Ligue nationale de hockey, le 26 mai, le commissaire Gary Bettman avait identifié 10 villes-hôtesses potentielles : Las Vegas, Los Angeles, Chicago, Columbus, Dallas, Minneapolis/St Paul, Pittsburgh, Toronto, Edmonton et Vancouver. 

Il avait alors spécifié que deux endroits, un pour chacune des associations, accueilleront le tour de qualification et les deux premiers tours officiels. 

Edmonton mousse sa candidature 

À la suite des commentaires émis par Trudeau, Edmonton n’a pas mis de temps à tirer la couverture de son bord par le biais du premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, mardi après-midi.

«L’Alberta a mieux fait que d’autres grandes villes de la LNH en Amérique du Nord dans la gestion de la situation entourant la COVID-19, a vanté Kenney, en moussant la candidature d’Edmonton. 

«Nous avons travaillé en étroite collaboration, dès le départ, avec les autorités de la santé et avec l’organisation des Oilers pour s’assurer qu’Edmonton puisser accueillir la ligue en toute sécurité tout en suivant les directives de santé publique.»