Pesée officielle Butler c Reyes

Crédit : Pierre-Paul Poulin / Le Journal de Montr�al

Boxe

Steven Butler opéré à un oeil

Publié | Mis à jour

La pandémie de la COVID-19 a donné l’occasion à quelques boxeurs de guérir leurs petits bobos. Après Oscar Rivas la semaine dernière, ce fut au tour de Steven Butler de passer sous le bistouri il y a une dizaine de jours.

Celui qu’on surnomme «Bang Bang» a subi avec succès une intervention chirurgicale à l’oeil gauche. Elle visait à rattacher un muscle qui nuisait à la vision du boxeur depuis plusieurs mois. 

Le promoteur Camille Estephan et Butler (28-2-1, 24 K.-O.) ont confirmé la nouvelle lundi. Tout a commencé lors du combat contre l’Ukrainien Vitali Kopylenko à Las Vegas, le 2 mai 2019.

«Dans les premiers rounds, Kopylenko m’a atteint avec une solide droite, a expliqué Butler lors d’une entrevue avec le Journal de Montréal. Mon nerf optique a subi un traumatisme et j’ai commencé à voir double.»

«C’est comme si on m’avait aspergé du poivre de cayenne. Mon oeil piquait. Je tentais de me frotter l’oeil entre les rounds, mais ça ne fonctionnait pas.»

Butler rencontre un spécialiste à son retour à Montréal. Il lui conseille simplement de prendre du repos afin que le tout revienne dans l’ordre.

Quatre mois plus tard, malgré les craintes de son équipe, Butler monte sur le ring contre Paul Valenzuela junior au Casino de Montréal. Il n’a pas le temps de savoir si sa blessure était bien guérie, liquidant son adversaire dès le premier round.

Secret 

Butler parlait très peu de ses problèmes de vision à Estephan ou à ses entraîneurs Rénald Boisvert et Jean-François Bergeron. Puis, l’offre de combat de championnat du monde contre Ryota Murata est arrivée sur la table.

«J’ai fait vérifier mes yeux pendant le camp d’entraînement, mais ce n’était pas un spécialiste. On m’a conseillé de porter des lunettes, a-t-il mentionné. Ma vision était normale. J’ai pu passer les tests médicaux au Japon sans anicroche.»

«Mon problème est revenu durant mon duel contre Murata. J’étais toujours en retard d’une fraction de seconde lorsqu’il lançait sa droite. À ce niveau, tu ne peux pas te battre sans avoir tous tes outils.»

Au départ, son promoteur croyait que c’était avant tout une question d’esthétique.

«Je voyais que son oeil n’était pas aligné comme d’habitude. Je m’étais rendu compte qu’il commençait à loucher. Pourtant, il me disait qu’il voyait bien.»

Pas une défaite

Pourquoi ce problème de vision est-il sorti seulement six mois après la défaite contre Murata?

«Je veux que ça soit clair. Je ne veux pas me servir de ma blessure à l’oeil pour expliquer ma défaite au Japon, a affirmé Butler. C’est pour cette raison que je n’en avais pas parlé jusqu’à aujourd’hui.»

«Si tout va bien, je vais reprendre l’entraînement dans deux semaines. Est-ce que je vais être craintif lors de mon premier sparring ? Non. Je n’ai jamais eu peur de rien ou d’avoir mal. Par contre, je commence à comprendre les risques de mon métier.»