Crédit : Photo Agence QMI, Dominick Gravel

Impact de Montréal

Thierry Henry avoue avoir été «égoïste»

Publié | Mis à jour

Lorsque la Major League Soccer (MLS) s’est mise sur pause en mars en raison de la pandémie de COVID-19, Thierry Henry a choisi de rester positif et de retirer le meilleur que pouvait lui offrir le confinement.

En effet, l’entraîneur de l’Impact de Montréal a profité de cette longue pause pour s’occuper de lui. 

«Prendre soin de soi, c’est quelque chose qu’on oublie de faire quand on est joueur ou entraîneur, a confié Henry dans une entrevue diffusée vendredi sur la chaine YouTube UEFA puis relayée par le site officiel de la MLS.

«J’ai pris du temps pour moi si je peux dire de manière égoïste. Mais c’est important qu’on redevienne humain. Le virus nous a rappelé qu’on a besoin de se retrouver ensemble, de manière respectueuse», a dit l’ancien joueur d’Arsenal et de l’équipe de France qui s’est retiré en 2012.

Henry n’a pas chômé après sa carrière de joueur en acceptant de travailler comme analyste à la télévision et en apprenant le métier d’entraineur notamment en Belgique et à Monaco.

Le Français qui a été nommé à la barre de l’Impact en novembre dernier reconnait qu’être entraineur peut être exigeant. La quarantaine lui a donc permis de se recentrer. Un moment qui, pour lui, n’avait «pas de prix».

«En tant qu’entraineur, ça n’a pas d’importance ce que tu penses ou qui tu es : on te donne les problèmes et tu dois trouver des solutions, que ce soit pour la presse, les partisans, la direction. C’est ce que tu dois faire en tant que leader, de régler des choses, de montrer que tu n’es pas affecté. Ça peut être pesant. Alors pour la première fois, j’ai pris le temps de me reconnecter avec mon corps et ma tête», a-t-il dit.