Crédit : AFP

Soccer

Le FC Barcelone pulvérise son rival au retour

Publié | Mis à jour

Le Barça a rejoué... et a gagné ! La superstar Lionel Messi et les leaders catalans ont réussi leur grand retour après trois mois d'arrêt forcé par la pandémie, en dominant Majorque 4-0 grâce à des buts d'Arturo Vidal, Martin Braithwaite, Jordi Alba... et l'inévitable Messi.

Après 98 jours sans match, le sextuple Ballon d'Or argentin est réapparu sur le terrain sans barbe, avec un look rappelant le Messi de 2015, et a inscrit le quatrième et dernier but de la belle soirée de retour blaugrana pour donner un peu d'air aux siens sur le toit du championnat d'Espagne (61 pts), cinq points devant le rival Real Madrid (56 pts), qui reçoit Eibar dimanche (17h30 GMT) pour la 28e journée.

«Il y avait beaucoup d'incertitudes au sujet des réponses que nous allions apporter. Personne n'était sûr et certain de ce qui allait se passer. Mais tous ont montré de la subtilité avec le ballon. (...) Je suis heureux, car commencer comme cela, c'est très bon signe pour le futur», a réagi l'entraîneur du Barça Quique Setién après le match. 

Car le Barça a ouvert le score après 64 secondes de jeu seulement, grâce à un but de la tête de Vidal.

La Liga s'est réveillée jeudi d'une longue léthargie de trois mois avec le derby de Séville (victoire du Séville FC 2-0 sur le Betis), disputé à huis clos en raison de l'épidémie de nouveau coronavirus.

Le strict protocole sanitaire a été validé par ce premier essai en mode crash-test. Et samedi, tous les projecteurs se sont braqués sur l'entrée en lice des superstars barcelonaises, sous les yeux d'une planète football impatiente et aux aguets.

Le trio d'attaque attendra

Malgré une alerte au quadriceps droit dans le courant de la semaine dernière, la "Pulga" (puce, en espagnol) Messi a été aligné comme titulaire aux côtés d'Antoine Griezmann et de Martin Braithwaite sur le front de l'attaque blaugrana, et a compilé un but et deux passes décisives.

Mais les supporters devront patienter pour voir le terrifiant trident d'attaque catalan réuni à nouveau : Luis Suarez, qui a profité du confinement pour se remettre d'une opération au genou droit le 12 janvier sans manquer trop de matches, n'est entré qu'à la 57e à la place de Griezmann.

Les fans les attendaient de pied ferme: en soirée, sous les hourras des quelques dizaines de supporters venus assister à l'arrivée des équipes malgré les mesures sécuritaires déployées, les joueurs, dissimulés derrière le masque officiel du Barça, ont pu sentir monter l'excitation palpable du retour du football.

«Enfin!», s'exclamait à sa Une le quotidien catalan L'Esportiu ce samedi. «Le leader est de retour», s'accordaient les journaux sportifs Mundo Deportivo et Sport.

Un homme vêtu du maillot de la sélection nationale argentine avec le N.10 de Messi sur le dos a même bravé la sécurité et a pénétré sur la pelouse à la 52e minute du match pour demander un selfie à Jordi Alba... alors que la rencontre se jouait à huis clos.

«Pas de pression» pour Zidane

Malgré cette interruption, les joueurs et le staff se sont pliés aux strictes normes sanitaires, comme depuis le retour de cette Liga «formule coronavirus» jeudi.

Le Barça a effectué le voyage vers l'île de Majorque dans la matinée de samedi, et a logé dans un hôtel entièrement réservé au club. Tous les déplacements (aéroport-hôtel, hôtel-stade, etc.) ont été effectués dans deux bus au lieu d'un. Les joueurs et le staff se sont ensuite soumis à des tests de détection du coronavirus avant de pénétrer dans les deux vestiaires désinfectés qui leur sont destinés.

Malgré ces normes draconiennes, le retour sur la pelouse de Messi et consorts a symbolisé un grand soulagement pour l'Espagne toute entière, et une première étape vers un retour à la normale dans un pays qui a déploré 243.605 cas et 27.136 morts du coronavirus, selon les derniers chiffres samedi.

«L'absence de public ne va pas nous enlever notre bonheur et la chance que l'on a de revenir jouer. Le public va nous manquer, mais tout le monde est très heureux de reprendre», a réagi Zinédine Zidane, l'entraîneur du Real, ce samedi pour sa première visio-conférence de presse post-pandémie.

Pour «Zizou», «pas de pression» toutefois au sujet du retard sur le Barça: «C'est la situation, on est deux (cinq, désormais) points derrière et il nous reste onze finales. Nous allons tout donner pour remporter cette Liga».

Le bras de fer est relancé. Avant de retrouver leur immense Camp Nou (99.384 places) vide mardi contre Leganés, les stars du Barça ont été scrutées de près par leurs rivaux du Real Madrid: pour leur retour à la compétition après plus de 90 jours sans match, les hommes de Zidane reçoivent Eibar dimanche à 17h30 GMT... dans le petit stade Alfredo Di Stéfano (6.000 places), en banlieue nord de Madrid, également à huis clos.