FBL-GER-BUNDESLIGA-BAYERN MUNICH-MOENCHENGLADBACH

Crédit : AFP

Soccer

Le Bayern a le titre en vue

Publié | Mis à jour

À trois journées de la fin de la Bundesliga, le Bayern Munich s'est mis samedi en position de valider son huitième titre consécutif dès mardi, en battant le Borussia Mönchengladbach 2-1, à domicile et à huis clos, coronavirus oblige.

Avec sept points d'avance sur son dauphin Dortmund, vainqueur 1-0 dans le temps additionnel à Düsseldorf (Erling Haaland, 90+5), le «Rekordmeister» décrochera le «Schale», le trophée du champion, s'il s'impose mardi (20h30) à Brême, avant-dernier et rélégable, lors de la 32e journée.

Le jeune Néerlandais Joshua Zirkzee, qui remplaçait Robert Lewandowski suspendu, a marqué pour le Bayern (26e), et Benjamin Pavard contre son camp a égalisé pour Mönchengladbach (37e). Leon Goretzka a donné la victoire aux siens en fin de match (2-1, 86e).

Aucune équipe, dans le mois écoulé, n'avait pourtant à ce point tenu la dragée haute aux Munichois. 

Les deux équipes avaient dû se réinventer, étant l'une et l'autre privées de leur duo d'attaque vedette. Thomas Müller (7 buts, 20 passes décisives) et Robert Lewandowski (30 buts) étaient suspendus côté Bayern. Alassane Pléa (10 buts, 10 passes) l'était également pour le Borussia. Et son compatriote Marcus Thuram (10 buts, 8 passes) est sorti sur blessure après 10 minutes de jeu.

Pavard se rachète

Sans le quatuor de buteurs, le spectacle n'a pas été tout à fait à la hauteur de ce choc entre deux des meilleures équipes allemandes du moment. Et les deux premiers buts ont même été des buts-gag. Yann Sommer, le gardien international suisse de Mönchengladbach, a dégagé un ballon dans les pieds du jeune Néerlandais Joshua Zirkzee, qui a ouvert la marque pour le Bayern dans le but vide (1-0, 26e).

Peu après, Benjamin Pavard a taclé un centre de Lars Stindl dans son propre but (1-1 csc, 37e). L'action avait démarré par un ballon perdu au milieu par Michaël Cuisance, le Français de 20 ans, titularisé pour la première fois au Bayern.

Pavard s'est toutefois remarquablement rattrapé en offrant le but de la victoire à Goretzka, sur un centre de la droite parfaitement dosé (2-1, 86e).

Pour Mönchengladbach, provisoirement encore quatrième avec 56 pts, ce fut un samedi noir. Le point perdu en toute fin de match aurait été précieux dans sa lutte avec Leverkusen (56 pts aussi, mais avec un match à jouer dimanche à Schalke) pour la quatrième place, qualificative pour la Ligue des champions.

La perte de Marcus Thuram sur blessure pourrait également être un lourd handicap pour le sprint final, si l'international espoirs français doit observer une période de repos.

«Match de la peur»

Derrière le Bayern (73 pts), Dortmund a conforté sa deuxième place, avec désormais 66 pts. Un but de la tête du prodige norvégien de 19 ans Erling Haaland à 20 secondes du coup de sifflet final a donné samedi au Borussia trois points importants. 

Les Jaune et Noir gardent quatre longueurs d'avance sur le troisième Leipzig (62 pts), vainqueur vendredi soir 2-0 à Hoffenheim.

Dans les autres rencontres, Brême a gagné 5-1 le «match de la peur» entre les deux derniers, à Paderborn, et peut continuer à rêver à un maintien in extremis.

Monument du football allemand, présent presque sans discontinuer depuis la création de la Bundesliga en 1963 (56 saisons sur 57 dans l'élite), mais aujourd'hui au bord du gouffre, le Werder n'a pas fait dans le détail: il menait 3-0 à la pause (Davy Klaassen, 20e et 39e, et Yuya Osako, 34e). Première fois cette saison qu'il marquait plus d'un but dans la même période.

Il a poursuivi sur sa lancée en deuxième période par Maximilian Eggestein (59e) et Niclas Füllkrug (90e).

Cet ancien rival du Bayern au sommet du foot allemand de 1980 à 2010 est toujours 17e et relégable, mais désormais à égalité de points (28) avec Düsseldorf, 16e et barragiste potentiel.