Boxe

Test réussi pour Top Rank

Publié | Mis à jour

Après l’UFC, ce fut au tour de la boxe de mettre sa relance en marche aux États-Unis.

Le groupe de promotion Top Rank a présenté deux galas en direct de Las Vegas cette semaine. Et ses dirigeants peuvent dire mission accomplie.

Top Rank s’est installé dans le centre de convention du MGM Grand pour l’occasion. Nommée The Bubble, l’immense salle a été bien utilisée par les promoteurs.

La composition du ring, des écrans géants et des places pour les officiels procuraient de belles images pour les téléspectateurs. Les marches vers le ring des boxeurs ont été raccourcies pour l’occasion. Cette version simplifiée tient la route.

Même si le descripteur Joe Tessitore et les analystes Tim Bradley et Andre Ward n’étaient pas aux abords du ring, ils avaient la même cohésion que d’habitude.

Pour ce qui est des entrevues d’après-combat, la distanciation sociale a été respectée, même si le plan de caméra est étrange.

Effet sonore inutile

Bien sûr, il y a des choses à améliorer. Durant les combats, on entend un bruit de fond qui s’apparente à une foule. C’est agaçant à la longue pour l’oreille. Il faut se demander pourquoi les dirigeants ont décidé de meubler l’espace sonore de leurs combats.

De plus, les cotes d’écoute n’ont pas été au rendez-vous lors de la première soirée (environ 600 000 téléspectateurs). Ça devrait être la même chose pour la deuxième.

On peut attribuer ces chiffres à deux choses : les habitudes télévisuelles des amateurs de boxe et l’inégalité des affrontements. Ce n’était pas évident pour les amateurs de s’y retrouver avec des galas présentés mardi et jeudi.

Puis, la qualité de la carte de mardi était ordinaire malgré la présence de l’excellent Shakur Stevenson. Ce fut un peu mieux jeudi avec quelques combats endiablés.

Et le Québec?

Selon nos informations, le plan mis en place par Top Rank est identique à celui proposé par Eye of the Tiger Management à la santé publique du Québec.

Le promoteur Camille Estephan continue de faire des pieds et des mains en coulisses pour faire avancer son projet de gala.

Toutefois, il n’a pas encore eu l’aval du gouvernement même si son plan est solide.

Est-ce que sa carte du 18 juillet pourra être présentée comme il le désire? On va souhaiter que la bureaucratie fasse preuve d’ouverture.