SPO-BASEBALL-QUEBEC

Crédit : PHOTO COURTOISIE/BASEBALL QUEBEC

Baseball - MLB

Baseball majeur: la grande séduction à 20 000$

Publié | Mis à jour

Le repêchage du baseball majeur 2020 est chose du passé, mais le travail des recruteurs est loin d’être terminé.

Le Québécois Alex Agostino, qui occupe un rôle de superviseur du recrutement dans l’organisation des Phillies de Philadelphie, l’avoue d’emblée: on parle d’une situation «hors du commun» en cette pandémie de coronavirus. 

Pour imager le tout, Agostino se retrouvait lui-même à son domicile de St-Bruno-de-Montarville, sur la Rive-Sud de Montréal, plutôt qu’au majestueux Citizens Bank Park de Philadelphie pendant le repêchage des derniers jours.

Servi par la technologie, l’homme de baseball a toutefois pu accomplir son boulot avec ses collègues et ses patrons. Les Phillies ont sélectionné quatre joueurs, dont le prometteur lanceur Mick Abel, avec le 15e choix au total.

«On a travaillé environ jusqu’à minuit, jeudi soir, a précisé Agostino. Avec le repêchage qui était limité à cinq rondes [plutôt que 40], les équipes ont maintenant la possibilité d’embaucher les joueurs qui n’ont pas été choisis pour un montant maximal de 20 000$.»

Concrètement, un moratoire de 48 heures a été imposé et les organisations pourront discuter de vive voix avec les laissés-pour-compte à partir de dimanche.

«Chez les Phillies, on a décidé d’envoyer, dès jeudi soir, des messages de sympathies à plusieurs joueurs n’ayant pas été repêchés, a indiqué Agostino, misant sur les bonnes relations humaines. Certains d’entre eux pensaient bien être choisis et s’attendaient à avoir un peu plus d’argent. Maintenant, le maximum, c’est 20 000$. De nombreux joueurs ne signeront pas à ce prix, mais je crois qu’il va y en avoir plus qu’on pense.»

La folie de la cinquième ronde 

Toujours soucieux de l’avenir des joueurs de baseball québécois, Agostino ne croit toutefois pas qu’un joueur de la Belle Province soit dans une situation l’incitant à accepter une offre de 20 000 $. La campagne de séduction se passera plutôt du côté américain, où certains athlètes n’avaient pas l’intention de retourner au niveau scolaire.

Pour illustrer la particularité du repêchage de 2020, l’employé des Phillies avoue qu’une certaine folie s’était installée, jeudi soir, lors du cinquième et dernier tour.

«Il y a des joueurs ou des agents qui appelaient les équipes pour signifier qu’ils baissaient leur prix, a raconté Agostino, rappelant que le montant de la prime d’engagement est fréquemment négociée avant même qu’un joueur soit sélectionné lors du repêchage du baseball majeur. Au lieu d’exiger disons 300 000$ comme boni de signature, certains étaient prêts à descendre jusqu’à 40 000$ car ils savaient que s’ils n’étaient pas repêchés, ç’allait être 20 000$ ou rien. C’était vraiment particulier.»

C’est ainsi que d’excellents joueurs sont demeurés sur leur appétit puisque d’autres athlètes s’étaient mis disponibles à rabais.

«Le repêchage était évidemment important, mais les prochains jours le seront également, a résumé le superviseur québécois. Nous sommes excités et c’est là qu’on va voir qui sont les équipes n’ayant pas arrêté de travailler dans les derniers mois. Les recruteurs qui travaillent dans l’ombre vont ressortir du lot. Ça pourrait être très profitable pour notre organisation si on arrivait, par exemple, à s’entendre pour 20 000$ avec cinq ou six gars qui auraient pu être choisis, normalement, au cinquième, sixième ou au septième tour.»