LNH

Les camps prendront leur envol le 10 juillet

Jonathan Bernier

Publié | Mis à jour

À l’image de la société en général, le processus de déconfinement s’active rondement dans le sport professionnel. À peine la LNH vient-elle de permettre à ses équipes de rouvrir leurs installations que déjà elle a arrêté une date pour la phase suivante.

De concert avec l’Association des joueurs de la LNH (AJLNH), il a été déterminé que les camps d’entraînement des 24 équipes invitées à participer au tournoi éliminatoire s’amorceront le 10 juillet. 

Évidemment, pour aller de l’avant avec ce projet, les deux parties devront s’être entendues sur les détails du plan de relance. Mais, surtout, elles devront avoir obtenu le feu vert des autorités sanitaires.

Pour l’instant, la durée de ces camps d’entraînement n’a pas été établie. Toutefois, puisque c’est ce qui se discute en coulisse depuis quelque temps, on peut prévoir que cette phase 3 s’étirera sur trois semaines.

Ce qui signifierait que le tour de qualification, étape au cours de laquelle le Canadien affrontera les Penguins, se mettrait en branle dès la première semaine du mois d’août.

Cette date concrète incitera-t-elle les joueurs du Canadien à revenir dans la région montréalaise plus rapidement ? Rappelons que, pour l’instant, Paul Byron, Jonathan Drouin et Charles Hudon sont les seuls à se trouver dans le secteur. Et à moins d’un changement, ils devraient être les seuls à sauter sur la glace du complexe sportif de Brossard, lundi.

Des gouvernements à convaincre 

D’ailleurs, 28 jours nous séparent du 10 juillet. Ce qui signifie que, pour être en mesure de se plier à la quarantaine de 14 jours exigée par les différents paliers de gouvernement auprès des voyageurs étrangers, les troupiers de Claude Julien devront ramener leurs pénates dans le coin d’ici deux semaines.

À moins que Geoff Molson trouve un moyen de convaincre MM. Legault et Trudeau de soustraire ses joueurs à cette règle. Déjà jeudi, le propriétaire et président du Tricolore racontait avoir amorcé des pourparlers en ce sens.

«On souhaite que le gouvernement accepte qu’avec les tests quotidiens, il sera sécuritaire pour nos joueurs de revenir au jeu avant les 14 jours, a-t-il déclaré. Le Dr Mulder travaille avec les médecins au Québec, et la LNH fait de même au niveau fédéral.»

Dans le cas contraire, il n’a pas fermé la porte à l’idée d’organiser le camp aux États-Unis. Une option qu’étudient également les Flames de Calgary.

«On veut absolument que ce soit ajusté pour nous parce qu’on veut s’entrainer ici, à Montréal, a soutenu Molson. Si ça nuit à notre capacité de bien se préparer pour les séries, on va trouver une autre solution. Pour l’instant, la priorité, c’est de trouver une solution chez nous.»