MLS

Un protocole médical serré

Publié | Mis à jour

Le commissaire de la MLS, Don Garber, est apparu très confiant quant à la capacité de la ligue de bien gérer le risque sanitaire lié à la COVID-19 lors du tournoi qui sera organisé à Orlando, en juillet.

Tel qu’annoncé mercredi matin, la MLS enverra ses 26 équipes au complexe Wide World of Sports de Disney World à Orlando, en Floride, pour y tenir à compter du 8 juillet un tournoi qui permettra un retour au jeu avant la reprise de la saison régulière quelques semaines plus tard, à une date qui reste à être déterminée.

«On a assemblé une équipe de médecins et de consultants en maladies infectieuses qui travaillera avec nous pour s’assurer d’avoir les bons protocoles en place», a indiqué le commissaire, mercredi, lors d’un point de presse en vidéoconférence.

Le commissaire a également précisé que des tests seront offerts par la ligue à la population du centre de la Floride. Par ailleurs, si les employés du complexe et des hôtels ne seront pas testés à proprement dit, leur température sera prise régulièrement et ils devront aussi remplir des questionnaires.

De toute façon, il n’est pas question que les joueurs soient en contact direct avec ces personnes. Si certaines doivent l’être, elles seront soumises à un «protocole différent», a assuré le commissaire.

La distanciation sociale, l’utilisation de produits sanitaires et le port de masques seront aussi en vigueur. Le protocole a été établi autant par la ligue que par l’Association des joueurs et l’État de la Floride.

«Nous sommes confiant quant à notre protocole et on va l'appliquer avec beaucoup de discipline», a affirmé le commissaire.

Dans le même hôtel

Les joueurs seront isolés autant que possible, a réitéré Garber.

«Ils seront tous dans le même complexe, le même hôtel, a-t-il précisé. Toute l’idée est là : l’hôtel Swan and the Dolphin (qui compte 758 chambres) ne sera ouvert à personne d’autre. Nos joueurs seront là. Ils voyageront en autobus vers le complexe Wide World of Sports.»

La ligue est également bien consciente des cas particuliers : certains joueurs (comme Carlos Vela, du Los Angeles FC) devront quitter pour la Floride alors que leur épouse est enceinte. D’autres ont des conditions particulières, au chapitre de leur santé, qui pourraient les mettre davantage à risque vis-à-vis de la COVID, comme l’attaquant des Sounders Jordan Morris, qui est atteint du diabète.

Le commissaire s’être montré conciliant à cet égard.

«Clairement, un joueur qui a un problème de santé qui l’empêcherait de jouer ne sera certainement pas obligé de le faire, a-t-il expliqué. C’est la même chose pour les employés qui sont vulnérables.»

Pas de plan en cas de débordement

La ligue est si confiante de bien contrôler les risques associés à la pandémie de coronavirus qu’elle n’a pas prévu de plan particulier en cas de hausse dramatique des cas répertoriés.

«Il n’y a pas de protocole spécifique lié au nombre de tests positifs qu’il faudrait pour nous forcer à lever le pied, admis Garber. C’est pourquoi nous nous concentrons particulièrement sur le dépistage, et entendons faire le nécessaire pour garder nos joueurs en sécurité.»

«Si un joueur est testé positif, il sera immédiatement retiré du tournoi, sera mis en quarantaine et une attention particulière sera portée aux personnes qui auront été à moins de dix pieds du lui», a-t-il précisé.