Crédit : Courtoisie

LHJMQ

«Tu lui lances un défi et il n’en dort pas la nuit!»

Publié | Mis à jour

Le repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec vient tout juste de se terminer que déjà, les recruteurs des différentes formations du circuit Courteau ont le nez replongé dans leurs dossiers. 

C’est que la prochaine cuvée, en termes de qualité sur le plan offensif (notamment), s’annonce très relevée.          

Les amateurs de hockey ne sont pas toujours portés à s’attarder sur ce qui se passe au niveau Bantam AAA, mais ce sont pourtant les joueurs issus de cette catégorie qui représentent le futur du hockey québécois. 

Ce calibre, réunissant les meilleurs joueurs de 14 et 15 ans de la province, a vu, la saison dernière, trois patineurs s’élever au-dessus de la mêlée. Se tailleront-ils un jour une place dans la Ligue nationale de hockey? Il est encore beaucoup trop tôt pour se prononcer à ce sujet.  

Ce qu’on peut toutefois vous dire, à ce stade-ci, c’est que les trois jeunes hockeyeurs sont en avance sur leur groupe d’âge et semblent posséder tous les outils pour espérer connaître une belle et longue carrière. 

Le TVASports.ca s’est aujourd’hui penché sur le cas de ce trio de joueurs prometteurs. À travers des entrevues avec les principaux intéressés, mais aussi avec leurs entraîneurs et même leurs parents dans certains cas, vous serez en mesure de mieux connaître ces athlètes qui constituent, à la base, la relève du hockey dans la Belle Province. Retenez bien les noms qui défileront plus bas. Vous risquez de les revoir souvent dans les prochaines années... 

1- Nathan Baril (ailier)              

Équipe 2019-2020 : Noir et Or de Mortagne (Bantam AAA) 

Statistiques : 19 buts, 23 aides - 42 points en 25 matchs

Mensurations : 5 pieds 8 pouces, 141 livres 

Latéralité : gaucher

Au-delà du fait qu’il ait terminé la campagne au tout premier rang des pointeurs du circuit Bantam AAA, Nathan Baril se démarque surtout, selon ses pairs, par son éthique de travail irréprochable. 

«Il n’a peur de rien!», lance d’emblée Patrick Lapointe, qui le dirigeait l’an dernier chez le Noir et Or de Mortagne. 

«Il a un comportement exemplaire et possède déjà les habitudes de travail d’un professionnel. C’est un petit gars qui a énormément de plaisir sur la patinoire et il transmet sa passion à tout le monde.»

L’auteur de ses lignes est effectivement à même de constater la belle attitude et la grande humilité dont fait preuve Nathan Baril. Lorsqu’on lui demande comment il évaluerait sa dernière saison, le jeune homme y va d’abord d’une exhaustive analyse des performances de son équipe, laissant carrément de côté l’aspect personnel. 

Il y va ensuite de cette réponse : 

«Je ne m’attendais pas du tout à terminer au premier rang des pointeurs du Bantam AAA. C’est sûr que j’étais parvenu à faire de même dans le Pee Wee AAA, mais rien n’est acquis et tu dois toujours faire preuve de constance, alors tout était à refaire cette année.»

Sa principale force, selon lui? 

«Je suis un fabriquant de jeu travaillant doté d’un excellent coup de patin.»

Le père de Nathan, Jean-François, voit progresser son fils depuis son tout jeune âge. Selon lui, le secret derrière les succès de sa progéniture s’explique par plusieurs facteurs. 

«Il me dit souvent qu’il n’est pas arrivé. Il me le répète souvent. Il ne prend rien pour acquis, même s’il domine dans une catégorie. Il est conscient que son objectif est encore loin. 

«Nathan fait également preuve de beaucoup de maturité par rapport à ses études. Il a compris qu’il était important pour lui d’avoir un plan B. Son second choix de carrière serait d’être kinésiologue et je n’ai jamais vraiment eu à lui rappeler l’importance d’être sérieux sur les bancs d’école. 

«Mais la plus grande qualité de Nathan, selon moi, c’est vraiment au niveau de la discipline. Il ne sort pratiquement jamais, sauf lorsqu’il n’a pas de match. Il s’entraîne, il fait attention à ce qu’il mange, il surveille ses heures de sommeil... C’est comme un métronome!               

«Pour certains jeunes joueurs, l’entraînement est un mal nécessaire, mais pas une passion. Sauf que Nathan adore s’entraîner et être dans le gym. Il veut comprendre tout ce qui touche à son entraînement. Je n’ai jamais eu à le pousser, en tous cas!»

Et cette passion pour l’entraînement rapporte des dividendes sur la patinoire. Plusieurs joueurs et entraîneurs ayant affronté Baril rapportent avoir été marqués par «l’endurance phénoménale sur 60 minutes» du talentueux patineur. 

«J’aime beaucoup m’entraîner!», de répondre le sympathique jeune homme en riant. 

«Je sais que les efforts dans la salle de musculation rapportent beaucoup. Je suis fier de pouvoir apporter de l’énergie de la première à la dernière minute d’un match.»

Évidemment, un joueur présentant les statistiques de Baril est surveillé très étroitement par les formations adverses. Mais son entraîneur jure que ce genre de traitement ne dérange pas du tout le jeune attaquant. 

«C’est un petit gars qui répond toujours présent dans les moments importants. Il adore ce genre de défis. Il veut gagner, se démarquer. Ça le rend meilleur. La pression n’est vraiment pas un problème pour lui.»

Crédit photo : Courtoisie

Questionné à savoir à quel joueur de la LNH il croit ressembler, l’attaquant ne réfléchit pas très longtemps, et lance ce nom : 

«Je dirais David Pastrnak», lance-t-il.

«Il est tout le temps souriant, il apporte de l’énergie et il peut aussi bien marquer que distribuer la rondelle. C’est un travailleur acharné qui a toujours beaucoup de plaisir.»

Nathan Baril est bien conscient qu’avant lui, plusieurs joueurs sont passés par le Bantam AAA pour ensuite faire leur niche dans la LHJMQ. Quels sont ses objectifs en vue des prochaines années? 

«Je veux vraiment me faire repêcher le plus haut possible dans la LHJMQ la saison prochaine.»

Et qu’en pense son entraîneur? 

«Il compétitionne comme un professionnel depuis un bon moment déjà. Quand tu lui donnes un objectif, il n’en dort presque pas la nuit. Il veut le réaliser. Je ne suis pas du tout inquiet pour lui.»

2- Alexis Bourque (ailier)          

Équipe 2019-2020 : Intrépide de Gatineau (Bantam AAA) 

Statistiques : 27 buts, 14 aides - 41 points en 25 matchs

Mensurations : 6 pieds 1 pouce, 168 livres

Latéralité : droitier

Voilà le joueur ayant marqué le plus de buts parmi tous les patineurs Bantam AAA de la province. Un marqueur pur, comme on dit. 

«C'est vraiment un buteur naturel, mais il ne se contente pas de s'asseoir dessus. Il a une excellente éthique de travail», lance d'abord son entraîneur, Yves Dagenais. 

«Il a une intelligence du jeu au-dessus de la moyenne. Je pouvais l'utiliser dans toutes les situations.»

Déjà doté d’un physique très imposant, Alexis cible bien ses forces et les utilise dans les meilleures dispositions. 

«Je ne suis pas le genre de joueur qui va transporter la rondelle», précise le talentueux patineur. 

«Je me fie beaucoup sur mes coéquipiers et je n’hésiterai pas à leur remettre la rondelle si je sens qu’ils sont avantageusement positionnés. À l’inverse, quand ce sont mes coéquipiers qui me remettent le disque, je ne rate pas ma chance. Je marque très souvent.»

Et pour marquer, il marque! 27 buts en 25 matchs dans le Bantam AAA, c’est ce qu’on appelle une constance phénoménale. Quels sont donc les secrets de l’attaquant derrière cette impressionnante récolte? 

«Il est vraiment régulier dans ses performances. On savait toujours à quoi s’attendre avec Alexis. Il a un lancer très précis, mais également très puissant», d’analyser son entraîneur. 

Humble, Bourque donne aussi beaucoup de crédit à ses partenaires de jeu. 

«Habituellement, j’essaie de me démarquer de façon à pouvoir utiliser mon lancer sur réception ou mon lancer du poignet. Mes coéquipiers m’ont servi plusieurs belles remises cette saison!». 

Questionné à savoir s’il comparait son jeu avec un joueur de la LNH, le jeune homme a servi une réponse qui en dit long sur la confiance qu’il a en ses moyens. 

«Je n’ai jamais porté attention à ça. Je ne me compare pas avec personne. Je veux être qui je suis et je vais créer mon propre nom.»

Et il ne lésine pas sur les moyens pour écrire sa propre histoire. 

«Je suis déjà un rigoureux programme d’entraînement. J’essaie de travailler très fort sur mes jambes pour améliorer ma vitesse de pointe. Je travaille aussi sur les qualités dont je dispose. Je lance plusieurs rondelles dans mon sous-sol après mes entraînements.» 

Alexis Bourque, c’est évident, est un jeune homme très terre-à-terre. D’ailleurs, il ne veut pas trop se mouiller lorsqu’on le questionne sur ses intentions en vue de la saison prochaine. 

«Je veux jouer Midget AAA à Gatineau, et on verra ensuite. Je ne veux pas voir trop loin. Je n’ai pas encore pensé à ça.»

Son entraîneur, lui, est un peu (beaucoup!) plus éloquent. 

«Il fait certainement partie des meilleurs joueurs au Québec. Il est doté d’un bon gabarit et je le vois certainement parmi les meilleurs joueurs en vue du prochain encan de la LHJMQ.»

3- Éli Baillargeon (ailier)              

Équipe 2019-2020 : Harfangs du Triolet (Bantam AAA) 

Statistiques : 24 buts, 17 aides - 41 points en 23 matchs

Mensurations : 5 pieds 8 pouces, 150 livres

Latéralité : gaucher

Eli Baillargeon a tout pour attirer les regards. Attaquant très habile doté d’un sens du jeu au-dessus de la moyenne, il n’est pas rare qu’il soit parvenu à faire lever les partisans de leur siège. D’ailleurs, selon son entraîneur Samuel Collard, ce n’est pas un hasard si le jeune homme a complété la saison avec la meilleure moyenne de points par match du circuit Bantam AAA. 

«Il a un talent incroyable, surtout dans les espaces restreints. Il peut te sortir des jeux qui sont vraiment hors du commun. Il a marqué des buts vraiment spectaculaires cette saison. Mais c’est aussi un petit gars qui travaille très fort.»

Baillargeon, lui-même, semble être d’accord avec la dernière phrase prononcée par son entraîneur. Lorsqu’on lui demande de nous décrire son style de jeu, le jeune homme ne passe pas par quatre chemins. 

«Je suis un travaillant qui n’arrête jamais», lance-t-il d’abord. 

«Je peux me démarquer dans les deux sens de la patinoire et je suis un gars qui peut apporter de l’énergie à l’équipe. J’aime beaucoup contrôler le jeu. En avantage numérique, j’aime être celui qui orchestre les jeux.»

Crédit photo : Courtoisie

Celui qui devrait poursuivre son cheminement chez les Cantonniers de Magog dans le Midget AAA y va ensuite de son objectif en vue du repêchage de la LHJMQ de l’an prochain. 

«J’aimerais être sélectionné lors des trois première rondes, au moins.»

Mis au fait des déclarations de son protégé, Collard sent le besoin d’y aller de sa propre prédiction. 

«S’il arrive chez les Cantonniers et qu’il trouve ses aises rapidement, notamment sur l’avantage numérique, il va être une cible très intéressante pour les équipes. Il pourrait sortir top 5. Pour moi, sa production de cette saison a été un peu surprenante, mais il a tellement de talent. 

«Ce n’est pas n’importe quel joueur qui peut se faufiler à travers les joueurs adverses comme Éli le fait. Il a des mains et un instinct au-dessus de la moyenne. Il peut faire partie des étoiles du prochain repêchage.»   

Nathan Baril, Alexis Bourque et Éli Baillargeon... voilà trois jeunes et talentueux joueurs d’ici dont on n’a certainement pas fini d’entendre parler!