Crédit : Photo Agence QMI, Joël Lemay

MLS

«MLS is Back»: beaucoup de magie, petits problèmes

«MLS is Back»: beaucoup de magie, petits problèmes

Vincent Destouches

Publié 10 juin
Mis à jour 10 juin

Rares sont les occasions de se réjouir, durant cette année 2020. Mais, comme le dirait si bien le président de l’Impact Kevin Gilmore, chaque défi est une opportunité.

Et en l’occurrence, si la pandémie a fait mettre un genou à terre aux ligues sportives (sic), la MLS a réagi en organisant un tournoi de « redémarrage de la saison » aux allures inédites... 

Et c’est la meilleure chose qui pouvait arriver!

Car, il n’y a rien, RIEN, de plus excitant qu’un tournoi de style Coupe du monde. Chaque étape est une montagne russe d’émotions.

L’angoisse du tirage au sort.

Le calcul permanent des matchs de phases de groupe. 

Le drame des matchs éliminatoires.

Le stress des tirs au but.

Les larmes d’une finale.

Beaucoup d’émotions négatives, vous me direz! Mais justement, cette nervosité latente rend la compétition encore plus magique – et parfois plus tragique.

Ne vous y trompez pas, j’adore les séries éliminatoires. Mais une « Coupe du monde version MLS », c’est un beau cadeau pour tous les amateurs de cette ligue, et une véritable curiosité qui attirera les regards au-delà des cercles habituels.

Problèmes  

Je vois deux problèmes pouvant casser l’enthousiasme autour du tournoi.

Le premier, c’est l’enjeu. Une place pour l’édition 2021 de la Ligue des champions et une somme d’argent rondelette pour le vainqueur? C’est bien. Mais ça manque un peu de « prestige »... Le gagnant mettra quoi comme ligne à son palmarès, exactement?

Puisque la MLS envisage de poursuivre la saison régulière à partir de fin août/début septembre, il n’est pas question de décerner le titre de champion MLS au vainqueur du tournoi. 

Espérons – à plusieurs égards – que l’automne n’amène pas une deuxième vague de la pandémie, car dans ce cas, le circuit Garber aura laissé passer une chance en or de couronner son champion et de rendre ce tournoi estival plus spectaculaire encore.

L’autre point noir, c’est l’absence de public. Le tournoi MLS is Back a beau se dérouler chez Mickey, à Orlando, il manquera un peu de cette magie enfantine inhérente à Disney et aux grands tournois sportifs.

Cependant, l’engouement suscité par le retour du soccer – et par extension, du sport nord-américain – va quelque peu compenser l’absence de fête. 

Même si le commissaire Don Garber semble très déçu de ne pas avoir pu recommencer à jouer à la fin juin, comme c’en était initialement le plan, la MLS restera la première ligue majeure à reprendre ses droits, et bénéficiera de toute la lumière des projecteurs pendant quelques semaines.

Bref, Orlando ne sera peut-être pas en liesse, mais l’attention médiatique sera décuplée. Somme toute, c’est un pari gagnant pour la ligue.

Et la suite?  

L’autre pari, donc, c’est aussi celui de reprendre le fil de la saison régulière après le tournoi d’Orlando.

Mercredi, le commissaire Garber s’est dit très optimiste de voir les clubs réintégrer leurs stades. Il a même laissé la porte ouverte à la présence de supporters dans les estrades de certaines équipes, en fonction des décisions des autorités locales.

Pour de plus amples détails, notamment les dates de cette saison régulière qui devrait comporter 16 matchs – 8 à domicile, 8 sur la route –, il faudra vraisemblablement attendre quatre à cinq semaines supplémentaires.

Sans l’organisation de ce tournoi exceptionnel à Orlando, nous serions tous encore en train d’attendre et de discuter de l’ouverture d’un nombre suffisant de stades pour que l’on puisse ne serait-ce que rêver à un retour du soccer... L’attente se chiffrerait en mois. Raison de plus, donc, de se réjouir du tournoi MLS is Back.

Le compte à rebours est enclenché! Le 8 juillet prochain, la MLS sera bel et bien de retour en action.

Tic, toc, tic, toc... Avez-vous hâte? Tic, toc, tic, toc... Moi, je n’en peux plus d’attendre!