Canadiens de Montréal

Geoff Molson ne se défile pas

Geoff Molson ne se défile pas

Louis Jean

Publié 10 juin
Mis à jour 10 juin

C’est un Geoff Molson franc, ouvert, transparent, loquace, un brin «fighter» et parfois émotif qui s’est entretenu pendant environ 90 minutes avec avec les médias, mercredi avant-midi.

Le propriétaire des Canadiens de Montréal a parlé ouvertement des défis et difficultés avec lesquels son entreprise (tant sur le plan hockey que du divertissement) a dû et doit encore composer en raison de la COVID-19.    

Molson n’a pas mis ses lunettes roses. Il a reconnu que son équipe était un peu chanceuse de se retrouver en séries, mais que tout le monde au sein de l’organisation entendait saisir cette opportunité.

«Il y a toujours de l’espoir. Est-ce que cette équipe est bâtie pour gagner la coupe Stanley? Je ne crois pas, mais tout peut arriver en séries», a-t-il dit, lorsque questionné sur les chances de son équipe d'aller jusqu'au bout.

Voyez mon intervention à ce sujet dans la vidéo ci-dessus.

Comme je le disais, Molson parlait franchement. Il ne s’est pas défilé non plus, déclarant clairement qu’il n’est pas satisfait de la dernière saison, mais qu’il croit fermement au plan qui a été établi.

D’ailleurs, le propriétaire du Tricolore s’est non seulement porté à la défense de son directeur général, Marc Bergevin, et son équipe de direction, mais il a étouffé toutes les rumeurs sur l’embauche potentielle d’un président des opérations hockey.

Il est évident que c’est un sujet qui l’irrite depuis un certain temps. Il a rappelé à ceux qui remettent en question son leadership ou ses compétences qu’il a su gagner le respect des gouverneurs il y a quelques années, ce qui lui a d'ailleurs valu une nomination au sein du comité exécutif de la LNH.

Une opportunité

Par ailleurs, le chef de la direction du Groupe CH a longuement parlé de la restructuration de son organisation, et ce, à plusieurs niveaux. Molson ne s’en cache pas, il veut que son équipe atteigne un autre niveau. En ce sens, il voit la pandémie comme une chance inouïe de se démarquer de la compétition.

«J'ai un comité de gestion, incluant Marc Bergevin, avec lequel je travaille afin de traverser une crise comme celle-ci et de bâtir pour le futur, a-t-il expliqué.

«Ça fait déjà trois mois déjà et nous en avons d'autres devant nous afin d'analyser que ce nous pouvons faire pour nous améliorer. Nous sommes en train de tout regarder à travers l'organisation, et ce, incluant le hockey.»

Peu importe les nouvelles pratiques qui seront mises en place, Molson voit la lumière au bout du tunnel.

«Ça s’en vient. Je pense qu’on est pas mal prêts de prendre un grand pas dans la bonne direction la saison prochaine avec notre noyau de vétérans et les jeunes qui nous donnent beaucoup d’espoir. On va connaître une période de succès qui va durer des années. Ça m’encourage beaucoup.»