SPO-TKO-MMA-45

Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

UFC

Charles Jourdain est plus prêt que jamais

Publié | Mis à jour

Charles Jourdain sera le premier combattant québécois à renouer avec l’action, samedi, à Las Vegas. Un retour dans des circonstances particulières.

Jourdain est arrivé dans «la ville du vice» avec son équipe de trois personnes. Las Vegas est en train de reprendre son rythme de croisière après plusieurs semaines de confinement. Plusieurs casinos et hôtels de la fameuse «Strip» ont rouvert dans les derniers jours avec de nombreuses mesures sanitaires. 

«Je "deale" bien avec la situation actuelle, a indiqué Charles Jourdain lors d’une entrevue téléphonique, mardi. Lorsque je suis arrivé à l’aéroport de Montréal, c’était désert, à part la présence des membres du personnel de sécurité et des compagnies aériennes.

«J’ai le même stress que d’habitude à quelques jours d’un combat. C’est du bon stress. Pendant trop longtemps, j’ai tenté de le combattre et ça m’ajoutait de la pression.»

Sa victoire contre Dooho Choi, sa première au sein de l’Ultimate Fighting Championship (UFC), lui a insufflé une bonne dose de confiance.

«C’est le combat où j’ai eu le plus de pression sur les épaules. Maintenant, je me sens différent et plus confiant. Je me sens également plus prêt. Le duel contre Choi m’a procuré un énorme bagage.»

Camp particulier

Pour son duel contre l’Américain Andre Fili (20-7), Jourdain a dû composer avec les différentes règles sanitaires au Québec durant son camp d’entraînement de six semaines.

«Charles était déjà en bonne forme physique, a mentionné l’entraîneur du Québécois, Fabio Holanda. Il savait qu’il était à un coup de fil d’un combat.

«Il faisait déjà de la course, des mitaines avec son frère Louis et des poids. Dès qu’on a eu la confirmation, on a contacté deux partenaires pour des séances d’entraînement à raison de trois par semaine.»

Jourdain est un oiseau rare dans le monde des sports de combat. Il évite de faire un nombre incalculable de rounds de sparring durant ses camps.

«Il est très intelligent dans sa façon de s’entraîner. Avant d’être un athlète, il est un combattant, a ajouté Holanda. Il possède une attitude incroyable et il est toujours prêt.

«Je sais qu’il a travaillé avec son frère Louis dans les dernières semaines, mais ce n’était pas des sessions dures. Il garde ses énergies pour les combats.»

Des visionnaires

Le combat de Jourdain aura lieu au Centre Apex de l’UFC.

Ce mégacomplexe de 134 000 pieds carrés est situé à quelques kilomètres de la «Strip». Dana White et ses lieutenants ont été des visionnaires dans sa construction.

Ils ont pensé à y inclure une régie de télévision, une salle pour les médias et un petit amphithéâtre pour présenter des galas à huis clos ou avec une centaine de spectateurs.

À l’origine, cet investissement de plusieurs dizaines de millions $ devait permettre à l’UFC de produire des galas à distance et des émissions comme The Ultimate Fighter. En ces temps de pandémie, on peut parler d’une idée de génie.

Aucun promoteur de boxe ne dispose de telles installations. C’est pour cette raison que l’industrie de la boxe a mis plusieurs semaines avant de relancer ses activités. Top Rank a été le premier à le faire, mardi, avec une carte présentée en direct du MGM Grand.