Football universitaire RSEQ

Pas de Coupe Vanier cette année, mais...

Publié | Mis à jour

L’organisme U SPORTS, qui régit le sport universitaire au Canada, a annoncé lundi l’annulation de ses six championnats nationaux qui devaient avoir lieu à l’automne, dont la Coupe Vanier, en raison de la pandémie de la COVID-19.

La Coupe Vanier est décernée chaque année à la meilleure équipe de football universitaire du pays. Lors de la plus récente édition, le 23 novembre dernier, les Carabins de l’Université de Montréal avaient baissé pavillon devant les Dinos de l’Université de Calgary, au Stade Telus de Québec.          

Les demi-finales nationales menant à la Coupe Vanier, c’est-à-dire la Coupe Mitchell et la Coupe Uteck, sont également annulées. Les autres championnats qui sont touchés par cette décision d’U SPORTS sont ceux du hockey sur gazon féminin, du soccer masculin et féminin, du rugby féminin et du cross-country masculin et féminin.

Les universités hôtes choisies pour tenir ces championnats en 2020 pourront les accueillir dans les années suivantes.

«U SPORTS a travaillé dur avec les quatre conférences, nos 56 établissements membres et des experts médicaux afin d’examiner la faisabilité de présenter nos championnats nationaux d’automne cette saison, a déclaré Lisette Johnson-Stapley, chef du sport d’U SPORTS, par voie de communiqué. Tenant compte des réalités académiques du sport universitaire, nous sommes arrivés là où nous devions prendre une décision difficile.»

Puisque les cours universitaires se donneront à distance à la rentrée en septembre, U SPORTS a préféré ne pas compliquer les choses. L’organisme indique désormais travailler avec la santé publique à travers le Canada pour préparer un retour au jeu à l’hiver 2021.

«Ça fait trois mois qu’on discute des différents scénarios. Pour le bien des athlètes, il fallait prendre une décision maintenant. On pense que c’était le bon moment de faire cette annonce», a soutenu Mme Johnson-Stapley en entrevue à l’émission JiC, lundi, sur les ondes de TVA Sports (à voir dans la vidéo ci-dessus)

Cette décision entraînera également des modifications au niveau du programme des bourses d’études, a-t-elle ajouté, sans en dévoiler les détails.

Le RSEQ s’accorde un temps de réflexion         

Du côté du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ), aucune annulation n’a été annoncée, même si les trois autres conférences canadiennes (Canada Ouest, Sport universitaire de l’Ontario et Sport universitaire de l’Atlantique) ont emboîté le pas d’U SPORTS en ne lançant pas de programmation pour l’automne 2020.

Le président-directeur général de l’organisation, Gustave Roel, garde espoir de voir du football universitaire cette année, a-t-il indiqué en entrevue à l'émission Dave Morissette en direct, lundi soir, à TVA Sports (à voir dans la vidéo ci-dessous)

Gustave Roel à «DMD» -

Il s'est dit encouragé par les dernières annonces faites par la ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest. 

«La reprise graduelle du sport au Québec nous permet d’espérer, a-t-il déclaré. Bien sûr, nous restons lucides puisque nous ne savons pas comment la pandémie évoluera dans les prochains mois. Nous gardons en tête la possibilité d’avoir une saison régulière, tronquée ou pas, on verra.

«L’important, c’est de permettre, dans la mesure du possible, d’avoir du football de façon sécuritaire pour nos étudiants-athlètes.»

Comme les demi-finales et la finale ont été annulées, le RSEQ a davantage de temps à sa disposition pour réaménager le calendrier. 

«Ça nous donne deux semaines de plus. Ça vient moduler les différents scénarios sur lesquels nous travaillons depuis la mi-mars. Cette marge de manœuvre nous permettait, dans le cas où le début de la saison serait retardé, de finir la saison plus tard qu’à l’habitude.»

D’ailleurs, tout le monde se tient prêt à toutes les éventualités, a soutenu le président du Rouge et Or de l’Université Laval, Jacques Tanguay, à JiC

«Les entraîneurs n’ont jamais cessé de travailler et d’encadrer nos athlètes. Ils ont fait un travail remarquable dans les derniers mois. Nos athlètes sont bien encadrés et appuyés. La vie des athlètes continue. On est prêt à toute éventualité. On va attendre la suite des événements avant de prendre une décision.»