HKN-HKO-SPO-ST-LOUIS-BLUES-V-ANAHEIM-DUCKS

Crédit : AFP

LNH

Ryan O’Reilly ne craint aucune équipe

Publié | Mis à jour

Après plusieurs années sans succès éliminatoires à Buffalo et au Colorado, Ryan O’Reilly a pris goût aux succès en remportant la coupe Stanley avec les Blues de St. Louis l’année dernière et il compte bien graver son nom à nouveau sur le trophée.

Privé de hockey éliminatoire lors de sept de ses neuf saisons avec l’Avalanche et les Sabres, O’Reilly avait révélé qu’il commençait à perdre son amour du sport en 2018. Quelques mois plus tard, il était échangé aux Blues.

Dès sa première saison au Missouri, il a été une pierre angulaire de la toute première conquête de la coupe Stanley de la formation.

«Je pense que ça a complètement transformé ma carrière, a révélé O’Reilly dans un épisode du balado "Hockey Sense", récemment. Dans la Ligue nationale de hockey (LNH), je n’ai jamais goûté à la victoire et je n’ai jamais gagné une série, et ensuite tu arrives à [St. Louis], et tu atteins le but ultime du hockey. Ça a changé une partie de moi d’être connu comme un gagnant.»

Selon le plan de reprise de la LNH, les Blues, qui occupaient le premier rang dans l’Association de l’Ouest au moment de l'interruption de la saison en raison de la pandémie de COVID-19, auront un laissez-passer pour le premier tour des séries éliminatoires. Selon l’attaquant, toutes les pièces sont en place pour qu’ils puissent défendre leur titre.

«C’était incroyable, mais quand tu y goûtes, tu veux le refaire, et quand on regarde notre équipe, nous allons avoir une autre occasion de le faire. Alors nous sommes très excités.»

«Je ne pense pas qu'il y ait une équipe que nous ne puissions pas battre. Nous allons affronter l’équipe que nous devrons affronter. Ce sera étrange avec les villes hôtes, mais on jouera au hockey. C’est notre travail. Nous sommes tous excités de recommencer.»

À propos de la reprise, O’Reilly a concédé que le retour sur la glace sera compliqué après des mois d’inactivité. Mais selon lui, les joueurs du circuit seront en mesure de retrouver la forme lors des camps d’entraînement prévus.

«La première semaine, je pense que ça va être extrêmement difficile de retrouver les muscles pour le patinage, les tirs, et toutes ces choses. Mais après cette première semaine, vous verrez que les gars commenceront à se sentir mieux et je dirais qu’après trois semaines, les gars seront prêts à partir.»

«Ce sera difficile de disputer des matchs [importants] dès le début, mais toutes les équipes devront le faire. Tout le monde part du même point de départ, alors la compétition sera bien présente.»