Impact de Montréal

Des policiers ont menti à Bernier

Publié | Mis à jour

L’entraîneur adjoint de l’Impact de Montréal Patrice Bernier est revenu plus en profondeur sur l’histoire de profilage racial qu’il a vécue au volant de la BMW de sa femme, il y a quelques années.  

En entrevue à l’émission «La MLS cette semaine», dimanche, l’ancien milieu de l’Impact a raconté à Frédéric Lord que les policiers qui l’avaient approché lui avaient menti à l’époque.  

Alors qu’il en était à sa deuxième année avec l’Impact en 2013, Bernier a vu deux policiers cogner dans sa porte alors qu’il venait de se stationner au quartier DIX30. Sa petite fille, qui avait alors un an, était à l’arrière de la voiture. 

On lui a demandé ses papiers sous prétexte que l’auto était au nom d’une femme – qui était en fait son épouse – et qu’une situation s’était produite dans les environs.

«J’étais pas mal fâché, j’ai compris que je "fittais" un certain profil. J’ai fait des démarches auprès d’un cousin qui est dans la police. On m’a fait comprendre que ce genre de choses se produisait et qu’il n’y avait pas eu de situation dans le coin du DIX30», a révélé Bernier.

Plus récemment, sa fille a aussi fait l’objet de racisme lors d’un trajet d’autobus.

«Elle a reçu des propos, a confié Bernier. On voyait qu’elle était troublée en revenant à la maison. Quand on lui a parlé et qu’elle s’est ouverte, c’est là qu’on a compris. Ce que le petit gars a dit ne venait pas juste de lui. Il l’a entendu quelque part et il croit que c’est correct de le dire.»  

Une preuve parmi tant d’autres que les personnes racisées composent avec une réalité différente. 

«Clairement, je réalise en parlant avec des amis que ce n’est pas juste moi, a mentionné Bernier. Ils ont tous vécu une situation ou plusieurs situations semblables.» 

Voyez l’entretien complet entre Patrice Bernier et Frédéric Lord dans la vidéo ci-dessus.