Penguins c. Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Canadiens-Penguins : des chiffres inquiétants

Publié | Mis à jour

Les partisans du Canadien de Montréal qui trépignent d’impatience à l’idée de voir leurs favoris affronter les Penguins de Pittsburgh en ronde de qualification ont intérêt à tempérer leur enthousiasme, car les statistiques de la saison régulière risquent de les faire frémir.

Déjà, un bon nombre d’observateurs estiment minces les probabilités du Tricolore de renverser la cinquième meilleure équipe de l’Association de l’Est au cours du calendrier. Ceux qui pensent le contraire appuient pratiquement tous leur argumentation sur un seul nom : Carey Price. 

Aussi, en comparant les chiffres des deux clubs, tout est à l’avantage de Pittsburgh, à commencer par ceux des buts accordés et concédés. En 2019-2020, la troupe de l’entraîneur-chef Mike Sullivan a touché la cible 221 fois et cédé à 196 reprises, ce qui lui a valu respectivement les 13e et 11e rangs de la Ligue nationale (LNH).

Pendant ce temps, la Sainte-Flanelle a fait bouger les cordages 208 fois, bon pour le 19e échelon du circuit Bettman. Malgré la présence de Price, elle a donné 220 filets, soit le 23e meilleur rendement de la LNH.

De plus, les unités spéciales ne semblent pas favorables au Canadien à première vue, même si l’écart avec les Penguins n’est pas si énorme. L’attaque massive de la bande de Sidney Crosby et d’Evgeni Malkin a été la 16e plus dangereuse de la ligue avec un pourcentage d’efficacité de 19,9 %. Celle du Bleu-Blanc-Rouge a pris la 22e place à 17,7 %, peinant particulièrement à domicile. Pour ce qui est de l’infériorité numérique, les «Pens» ont eu le dessus avec un pourcentage de 82,1 % bon pour le 10e rang. Montréal (78,7 %) s’est contenté de la 19e place.

Pas mieux au plan individuel 

Au chapitre des statistiques individuelles, ce n’est guère plus reluisant, même à la position de gardien. Price a fait son possible avec une formation ayant subi des blessures importantes et encaissé huit revers de suite à deux occasions pendant la campagne.

Le numéro 31 a conservé une fiche de 27-25-6, ainsi qu’une moyenne de 2,79 et un taux d’efficacité de ,909. Dans le camp adverse, Tristan Jarry (20-12-1) et Matt Murray (20-11-5) ont présenté un dossier plus convaincant en termes de pourcentage de victoires obtenues. D’ailleurs, Jarry a été particulièrement solide en vertu d’une moyenne de 2,43 et d’un taux de ,921.

Au plan offensif, le joueur le plus productif des Penguins, Malkin, a surpassé de 13 points son équivalent chez le Tricolore, Tomas Tatar, et ce, en disputant 13 rencontres de moins que lui. En fait, le Russe a totalisé 74 points, marquant 25 buts. C’est Bryan Rust qui a compté le plus souvent à Pittsburgh. Ses 27 réussites représentent cinq buts de plus que la production des deux meilleurs franc-tireurs du Canadien, Brendan Gallagher et Tatar.

Seule consolation pour les partisans montréalais : Phillip Danault (+18) a tout juste eu le dessus sur les deux meilleurs joueurs des Penguins pour le différentiel, John Marino et Brian Dumoulin, tous deux à +17.