Crédit : Photo d'archives, DIDIER DEBUSSCHÈRE

LHJMQ

LHJMQ: un repêchage en studio réussi

Publié | Mis à jour

Il y a 23 ans que Granby a perdu ses Prédateurs. Mais, l’instant d’un week-end, la municipalité des Cantons-de-l’Est a tenu le rôle de quartier général de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Pandémie oblige, le circuit de hockey junior québécois n’a pu tenir ses assises et son repêchage annuel à Sherbrooke, tel qu’il avait été prévu au départ. À l’image du repêchage de la NFL, c’est de manière virtuelle que s’est tenue la séance de sélection, vendredi.

À l’instar de Roger Goodell, Gilles Courteau a annoncé les choix de premier tour devant la caméra. Toutefois, ce n’est pas de son sous-sol que le commissaire de la LHJMQ s’est exécuté, mais bien depuis un studio mis à la disposition du circuit par Audiovisuel Collins, une entreprise sherbrookoise.

«L’idée de faire la première ronde sur YouTube est arrivée dans nos derniers préparatifs. Au départ, ça devait être seulement virtuel», a déclaré le commissaire au représentant du Journal, invité dans le studio.

«En temps normal, des membres de la famille et les amis des joueurs ne peuvent pas se déplacer à l’aréna. Là, ils auront l’occasion d’être tout le monde ensemble. C’est un élément positif», a ajouté Courteau, alors qu’il venait tout juste de terminer quelques répétitions.

Luneau sur place

Conférence téléphonique entre le commissaire et les 18 directeurs généraux du circuit, élaboration d’une liste de coordonnées cellulaires pour permettre aux équipes de négocier des transactions entre elles et lien direct entre le commissaire et ses bureaux, tout avait été mis en place pour que cette soirée se déroule le plus normalement possible.

Les Olympiques de Gatineau ont offert tout un coup de pouce à la mise en branle de la soirée. Au départ, Maxime Talbot, ancien capitaine de la formation de l’Outaouais, devait annoncer la sélection dans une vidéo préenregistrée.

Le plan a été modifié quelques instants avant le début de l’événement lorsque Louis Robitaille, le directeur général des Olympiques, a avisé le circuit que Tristan Luneau, leur premier choix, était avec lui.

«Qu’il soit sur place à Gatineau, c’est un gros hit en partant», a lancé Courteau, en voyant Luneau recevoir son chandail des mains de Talbot.

Transaction ambiguë

En marge de ce premier tour inhabituel, le chef de l’exploitation marketing et communications de la LHJMQ, Karl Jahnke, et le directeur des communications, Maxime Blouin, avaient fait un travail colossal de préparation pour éviter les temps morts. Entrevues avec les joueurs repêchés, vidéos les montrant en action, top 10 des plus beaux buts, des plus beaux arrêts et des mises en échec les plus percutantes de la saison, on s’était assuré d’avoir tout le visuel nécessaire pour occuper les internautes.

Même les quelque 25 minutes qu’il a fallu à Courteau et à la registraire de la ligue pour approuver la transaction envoyant Jakob Pelletier des Wildcats de Moncton aux Foreurs de Val-d’Or ne sont pas venues à bout de leur matériel.

Au cours de ce long moment d’attente, le commissaire a multiplié les appels au bureau de la LHJMQ et auprès des deux directeurs généraux impliqués.

«On a commencé à travailler sur cette transaction à 17 h 30. Il y avait certaines ambiguïtés dans la terminologie de la transaction et des éléments qui n’étaient pas réalisables», a-t-il expliqué une fois l’échange confirmé.

Du début de la mise en ondes à la 20e et dernière sélection, le premier tour s’est étiré sur 2 heures 45.

«La même durée qu’en temps normal, dans un aréna», a assuré Courteau.

Succès

Sauf que dans un amphithéâtre, l’œil est suffisamment sollicité pour donner l’impression que le temps passe vite. Les mouvements sur le parquet, le joueur qui descend les gradins, qui monte sur la scène, qui enfile son chandail et qui se fait tirer le portrait rendent l’attente du prochain choix excitante.

Cela n’a pas empêché 5800 personnes, au plus fort de la soirée, de visionner simultanément le premier tour. Un chiffre on ne peut plus satisfaisant pour le commissaire.

«J’avais hâte de voir combien de gens allaient nous suivre. Habituellement, sur place, on a entre 3500 et 4000 personnes pour les cinq premières rondes.»

Malgré le succès de ce premier tour inhabituel, on espère revenir à la normale en juin 2021. À moins que, comme la NFL, on envoie des équipes techniques chez les principaux espoirs.

«Disons qu’on n’a pas le même budget», a rigolé le commissaire.