Crédit : Rena Laverty

Canadiens de Montréal

CH: 9 espoirs dignes d'intérêt du programme américain

Publié | Mis à jour

Les Canadiens de Montréal repêchent-ils suffisamment de joueurs québécois? Le débat a fait couler beaucoup d'encre depuis l'entrée en poste de Trevor Timmins, à qui l'on reproche une obsession envers les joueurs américains. 

La grogne ne semble pas en voie de s'estomper, car cette année, il sera plus délicat pour le Tricolore de repêcher des joueurs issus de la Ligue canadienne de hockey (LCH). L'organisation compte déjà sur un bassin d'espoirs assez vaste et elle possède 14 choix en vue du prochain encan. Devant composer avec une limite de 50 contrats, elle doit faire des choix. Or, comme le stipule la convention collective, les équipes de la Ligue nationale ne disposent que d'une fenêtre de deux ans pour mettre sous contrat un espoir en provenance de la LCH, ce qui complique passablement les choses.               

D'ailleurs, en entrevue avec The Athletic au mois de mars, le directeur général du CH, Marc Bergevin, avait avoué que son haut volume de choix pourrait influencer les décisions prises par son groupe lors de la séance de sélections. 

«À un certain moment, si tu hésites entre deux joueurs, tu vas probablement préférer celui qui vient de l’université ou de l’Europe, car tu disposes d’une période d’évaluation plus longue pour trancher», avait mentionné l’homme de 54 ans.

Il n'est évidemment pas question de bouder un Québécois s'il est considéré comme le meilleur joueur disponible, mais que cela vous plaise ou non, c'est une réalité avec laquelle l'état-major devra composer lorsque l'écart entre deux espoirs paraîtra mince.

Le programme de développement américain a produit sa part de bons joueurs au cours des dernières années. Et ceux qui en sont issus seront particulièrement attrayants considérant les paramètres avec lesquelles le CH travaille.

Lors d'un généreux entretien avec le TVASports.ca, l'entraîneur-chef de l'équipe nationale américaine des moins de 18 ans, Seth Appert, a déjà vanté en long et en large le défenseur Jake Sanderson et l'attaquant Thomas Bordeleau. Nous vous proposons maintenant neuf autres espoirs du programme qui risquent d'être repêchés cet automne. Appert a présenté le profil de chacun d'entre eux.

Crédit photo : Rena Laverty / USA Hockey

Ty Smilanic                         

Joueur de centre, 6 pi 1 po, 175 lb
9 points (3 buts, 6 aides) en 12 matchs dans la United States Hockey League (USHL)
Classé 24e par la Centrale

À son jeune âge, ce natif de Denver recevait les conseils du légendaire Joe Sakic. Il a beaucoup de talent, mais il a connu une année éprouvante, lui qui a souffert d'une mononucléose en plus d'avoir composé avec une entorse à une cheville et un doigt cassé. Difficile pour les recruteurs d'évaluer quelqu'un qui, à un moment durant la saison, jouait avec un plâtre dans une main... 

Appert : «Un athlète explosif et un formidable patineur.» 

Luke Tuch                           

Ailier gauche, 6 pi 2 po, 203 lb
14 points (8 buts, 6 aides) en 19 matchs dans la USHL
Classé 40e par la Centrale

Le jeune homme dit être encore plus robuste que son frère Alex Tuch, un attaquant important des Golden Knights de Vegas. C'est avant tout un joueur puissant, mais son jeu n'est pas dénué de finesse. Bien que les petits attaquants ont de plus en plus la cote, les joueurs de son style demeurent prisés. On n'a qu'à penser aux Tom Wilson, Patric Hornqvist et Gabriel Landeskog de ce monde pour comprendre à quel point ils peuvent aider une équipe... 

Appert : «Un attaquant de puissance avec du talent. Il est costaud et méchant, mais il a aussi une bonne touche. Il est intelligent et peut évoluer avec des joueurs de talent.»

Crédit photo : Rena Laverty

Tyler Kleven                           

Défenseur, 6 pi 4 po, 200 lb
2 points (0 but, 2 aides) en 17 matchs dans la USHL
Classé 42e par la Centrale

Il est tout de même fascinant que ce colosse soit pressenti comme un choix de fin de premier tour par certains experts considérant sa production offensive si limitée. Peut-être Kleven deviendra-t-il un gros défenseur défensif efficace dans la LNH, une espèce de plus en plus rare. 

Appert : «Kleven est un défenseur de la vieille époque. Il est imposant et intimidant. C’est un tueur. Il est un excellent patineur. Il distribue des mises en échec qui changent le cours d’un match.» 

Crédit photo : Rena Laverty

Dylan Peterson                           

Joueur de centre, 6 pi 4 po, 192 lb
11 points (4 buts, 7 aides) en 19 matchs dans la USHL
Classé 43e par la Centrale

Peterson possède des qualités athlétiques alléchantes, mais il devra peaufiner considérablement son jeu. Les atouts sont là, les résultats se font encore attendre. Quand vient le temps de déterminer sa valeur réelle, il faut vraiment effectuer une projection.

Appert : «C’est un gros attaquant de puissance dont le jeu n’est pas encore arrivé à maturité.» 

Crédit photo : Rena Laverty

Brock Faber                           

Défenseur, 6 pi, 190 lb
9 points (1 but, 8 aides) en 19 matchs dans la USHL
Classé 44e par la Centrale

Il n'a pas compilé des statistiques incroyables, mais son entraîneur le tient en très haute estime et le voit comme un candidat à être repêché vers la fin du premier tour. On dit de lui qu'il se débrouille bien dans toutes les facettes. Il ne semble pas y avoir une faille majeure dans son jeu.

Appert : «Il est l’un des meilleurs défenseurs au monde [dans sa cohorte]. Son coup de patin est digne de l’élite, et il est simplement un joueur fabuleux en défensive.» 

Crédit photo : Rena Laverty

Brett Berard                           

Ailier gauche, 5 pi 9 po, 155 lb
18 points (7 buts, 11 aides) en 13 matchs dans la USHL
Classé 45e par la Centrale

Ce petit attaquant a un potentiel fort intéressant. Berard a récolté autant de points que Bordeleau dans la USHL cette saison, les deux finissant ex aequo au premier rang de leur équipe. Cependant, Berard a disputé moins de matchs que le Québécois (13 contre 19) et il est l'un des plus jeunes joueurs du repêchage, lui qui soufflera 18 bougies le 9 septembre seulement. 

Cette peste talentueuse évoque l'image d'un mal-aimé notoire des Bruins de Boston... 

Appert : «C’est un Brad Marchand en termes de style de joueur, il est très tenace. Il a connu une saison fantastique pour nous. Il sera excellent. Avec la façon dont il joue, il va se donner les meilleures chances d’évoluer dans la LNH.» 

Crédit photo : Rena Laverty

Eamon Powell                           

Défenseur, 5 pi 11 po, 165 lb
11 points (5 buts, 6 aides) en 19 matchs dans la USHL
Classé 51e par la Centrale

Un joueur que l'on pourrait qualifier de proverbial «défenseur moderne». Son très, très bon coup de patin constitue la pierre d'assise de son jeu.

Appert : «Un défenseur mobile, spécialiste du jeu de transition. Il est un arrière de la nouvelle école. Un patineur de catégorie élite. Il exploite son coup de patin pour enlever du temps et de l’espace aux joueurs adverses, provoquer des revirements et ensuite s’emparer de la rondelle. Il est excellent pour transporter le disque et se joindre à l’attaque.» 

Crédit photo : Rena Laverty

Jacob Truscott                    

Défenseur, 6 pi 1 po, 170 lb
11 points (4 buts, 7 aides) en 11 matchs dans la USHL
Classé 68e par la Centrale

Repêché par les Knights de London dans la Ligue de l'Ontario, Truscott suivra son coéquipier Thomas Bordeleau à l'Université du Michigan la saison prochaine. Il est mobile et il fait bien circuler la rondelle.

Appert : «Un défenseur avec un haut niveau d'habiletés. Très bon quart-arrière au sein de l'avantage numérique.» 

Crédit photo : Rena Laverty

Landon Slaggert                         

Ailier gauche, 6 pi, 180 lb
10 points (6 buts, 4 aides) en 19 matchs dans la USHL
Classé 88e par la Centrale

Le genre de joueur que les entraîneurs adorent. Slaggert est un bourreau de travail qui ne recule pas devant le jeu robuste. Il peut jouer tant à l'aile qu'au centre. 

Appert : «Un attaquant ultra compétitif. Sa passion contribue à augmenter la cadence et le niveau d'intensité de son équipe.»