Canadiens de Montréal

Canadiens: trouver l'autre Jack Hughes

Publié | Mis à jour

Il n’y a pas si longtemps, Cole Caufield et Jack Hughes s’amusaient comme larrons en foire, fracassant record après record avec l’équipe nationale américaine des moins de 18 ans. Disons que les deux jeunes hommes ont eu droit à un retour à la réalité plutôt brutal cette saison. 

Bien entendu, Caufield a excellé à sa première année dans la NCAA, mais les Badgers du Wisconsin ont connu beaucoup de difficultés, ne remportant que sept matchs. Puis, le petit franc-tireur avait la ferme conviction de rejoindre les Canadiens de Montréal en 2020-2021. Finalement, ça n’arrivera pas : le directeur général Marc Bergevin veut qu'il peaufine son jeu défensif. Deux coéquipiers de Caufield, K’Andre Miller et Alex Turcotte, ont pour leur part décroché leur contrat d'entrée.   

De son côté, Hughes en a arraché en tant que recrue dans la Ligue nationale de hockey (LNH), se contentant de 21 points. Il est devenu le premier joueur de l’histoire à passer directement du programme de développement américain (USNTPD) à la LNH. Visiblement, la marche était trop haute. 

«Sur le plan physique, c’était un gros défi pour Jack, a admis au TVASports.ca Seth Appert, l’un des deux entraîneurs-chefs du USNTPD avec John Wroblewski. C’était probablement l'ajustement le plus important. Cela ne peut avoir qu’un impact positif sur sa carrière à long terme. Jack est l’un des jeunes hommes les plus compétitifs que j’ai eu la chance de côtoyer. L’adversité qu’il a traversée cette saison va le motiver davantage.»  

Pour Hughes comme pour Caufield, le meilleur est certainement à venir. 

«Caufield est le meilleur marqueur avec lequel j’ai travaillé, a dit Appert. Sa capacité de trouver les espaces libres en étant prêt à dégainer, sa précision et sa façon de décocher sont les meilleures que j’ai vues parmi les joueurs que j’ai dirigés. Je crois qu’il aura une carrière fantastique.» 

Les mauvaises langues aimaient répéter que la réputation de Caufield était surfaite, car l’année de son repêchage, il recevait les passes d’un des espoirs américains les plus prometteurs de l’histoire en Hughes. L'athlète de 5 pi 7 po a prouvé cette saison qu’il avait plus d’une corde à son arc, récoltant 19 buts, mais aussi 17 aides en 36 matchs pour terminer au premier rang des pointeurs de sa formation.  

«Ses talents de manieur de rondelle et de passeur sont très bons, a noté Appert. Au Wisconsin, il n’y avait pas beaucoup de joueurs du style de Hughes, alors Cole contrôlait davantage le disque. C'était bénéfique pour son développement, puisque ça l’encourageait à camper le rôle de distributeur. Il devait créer des jeux pour ses coéquipiers.» 

Qui sera l'autre Jack Hughes?   

Cependant, ce n’est pas en contrôlant la rondelle et en alimentant ses compagnons de trio que Caufield dominera la LNH. 

«C’est dans son répertoire, mais il est avant tout incroyable pour marquer des buts, a précisé Appert. Il est meilleur quand il est jumelé à un joueur de centre qui contrôle le disque et le repère.» 

Si Hughes et Caufield étaient si dominants ensemble, c’est car leurs styles de jeu étaient complémentaires. Les attaquants avec les habiletés de Hughes ne courent pas les rues, mais les Canadiens devront tout de même offrir à Caufield un joueur de centre qui est capable de créer et identifier des ouvertures en zone offensive. 

«Jack aime fabriquer des jeux et Cole est vraiment bon pour trouver les espaces libres sans la rondelle. Alex Ovechkin et Nicklas Backstrom sont dominants en avantage numérique, car l’un aime contrôler le jeu et l’autre se démarque», a illustré Appert. 

«Cole va avoir énormément de succès s’il peut compter sur un joueur de centre qui dicte le jeu et parvient à le trouver.»      

Qui sera ce joueur à Montréal? Chez le CH, on semble avoir une petite idée. Le 16 décembre dernier, au Rogers Arena de Vancouver, Marc Bergevin confiait à une poignée de journalistes qu’il rêvait du jour où Nick Suzuki et Caufield conjugueraient leurs efforts

«J’imagine Cole Caufield sur le flanc gauche en supériorité numérique et il décoche un tir sur réception après une passe précise de Nick Suzuki. Caufield est un marqueur et Suzuki a une très belle vision du jeu. Ça pourrait fonctionner.»