Canadiens de Montréal

«Il va être un joueur important pour le Canadien»

Publié | Mis à jour

L’entraîneur des 67’s d’Ottawa, André Tourigny, est convaincu que le jeune défenseur Alexander Romanov a ce qu’il faut pour accomplir de grandes choses avec les Canadiens de Montréal.

Tourigny n’a évidemment pas dirigé Romanov, mais à titre d’adjoint avec Équipe Canada junior, il l’a vu aller lors de compétitions internationales. Il a donc une bonne idée de ce que le CH a entre les mains.

«Romanov a un futur, il va être un joueur important pour le Canadien», a-t-il indiqué, vendredi, à «Dave Morissette en direct».

«Il va jouer de grosses minutes, c'est un très bon patineur, il est fort physiquement, a-t-il ajouté. Le monde parle de son physique, dit qu'il n’est pas gros (à 5’11’’), mais si tu m'avais dit qu'il fait 6'4'', je t'aurais cru, parce que quand il est sur la glace, il déplace de l'air, il frappe, il est fort.»

Il ne serait pas étonnant que Romanov soit un joueur régulier avec le CH l’an prochain, a indiqué Tourigny.

«Pour l'année prochaine, jouer (dans la LNH), il n'y a pas de problème, a-t-il d'abord souligné. Mais je ne pense pas que ça devrait être l'objectif. La question, c'est "peux-tu nous aider à gagner l'année prochaine?" Je ne sais pas s'il peut aider le Canadien à gagner l'année prochaine. Peut-être. Je ne le connais pas assez.»

Romanov a signé un contrat d'entrée avec le CH il y a quelques semaines, après avoir disputé deux saisons en KHL avec le CSKA Moscou. Choix de deuxième tour au repêchage de 2018, il n'a que 20 ans.

Privilégié

Tourigny a su, cette semaine, qu’il était nommé entraîneur de l’année à travers le hockey junior canadien. Sa réputation, à ce niveau, n’est plus à faire. Expérimenté, respecté, le Québécois se dit «choyé» de pouvoir faire ce métier dans le junior, pour une organisation qu’il apprécie beaucoup, même s’il garde toujours l’œil sur l’étape suivante.

«Mon but, c'est d'être entraîneur-chef dans la Ligue nationale, a-t-il admis sans détour. Je fais les efforts pour. Pendant la période qu'on vit, j'essaie de faire du développement professionnel, je suis toujours en train d'écouter des conférences, je lis des livres (...) parce que j’aime mon métier. Je ne sais pas si ça va me mener dans la Ligue nationale, mais sinon, ça va faire de moi une meilleure version de moi-même pour mon équipe junior.»

Tourigny est également revenu, durant l’entrevue, sur son passage à titre d’adjoint avec l’Avalanche du Colorado, et sur les principales différences entre les circuits juniors du Québec et de l’Ontario.

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.