Tristan Luneau

Crédit : Photo courtoisie, Estacades de Trois-Rivières, Jean Levasseur

LHJMQ

«Notre plan, c’est que Luneau joue avec nous»

Publié | Mis à jour

Tous les yeux sont rivés sur les Olympiques de Gatineau à l’approche de la première ronde du repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), vendredi soir, eux qui détiennent trois des quatre premiers choix de l’encan, dont le tout premier. 

C’est que leur destin est intimement lié à celui du défenseur Tristan Luneau, meilleur espoir de sa cuvée, qui n’a toujours pas pris de décision quant à son avenir.

L’arrière droitier, qui a passé les deux dernières saisons au niveau midget AAA dans l’uniforme des Estacades de Trois-Rivières, a une entente verbale avec les Badgers de l’Université du Wisconsin, la même où évolue actuellement le choix de première ronde du Canadien de Montréal, Cole Caufield.

«La famille est encore en réflexion. On a eu des discussions positives avec les Olympiques, mais ils respectent le processus du jeune. Il y a un dialogue et la porte n’est pas fermée», a mentionné le conseiller du jeune défenseur, Dominic Deblois.

Optimisme

De son côté, l’entraîneur-chef et directeur général des Olympiques, Louis Robitaille, se dit optimiste à l’approche du grand jour.

«On a de bonnes discussions et il y a un intérêt mutuel. Le clan Luneau sait ce qu’on peut offrir sur le plan de l’encadrement scolaire ainsi que sur et hors de la patinoire. Évidemment, ils ont un choix difficile à faire. L’Université du Wisconsin est l’un des meilleurs programmes de la NCAA. Je pense que ce que ça démontre, c’est le sérieux du jeune. Il a besoin de réfléchir avant de s’engager», a mentionné Robitaille, dont l’équipe parlera également aux deuxième, quatrième et treizième rangs de la première ronde, demain soir.

Robitaille ne travaille actuellement que dans un seul et unique objectif : compter sur Tristan Luneau pour le début de la saison 2020-2021.

Un plan clair

À moins donc que le clan du défenseur de Victoriaville ne lui laisse entendre que le jeune a décidé qu’il prendrait la route des États-Unis à 100 %, les Olympiques devraient le sélectionner au tout premier rang.

«Notre plan, c’est que Tristan Luneau joue avec les Olympiques», mentionne Robitaille.

La famille Luneau ne ressent toutefois pas le besoin de donner une réponse affirmative à 100 % aux Olympiques avant le début de la première ronde, assure Dominic Deblois.

«On n’a pas d’échéancier fixe. On est conscient que les Olympiques ne veulent pas repêcher un joueur et qu’ensuite ce soit un non catégorique. Toutefois, s’il y a une ouverture, on va continuer d’avoir des discussions avec eux.»

Pas pour l’attention

D’ailleurs, même si les récalcitrants ont eu mauvaise presse au cours des dernières années dans la LHJMQ, Deblois assure que le fait que Luneau soit en réflexion n’est pas un désaveu envers le circuit Courteau ni une façon d’attirer l’attention sur lui.

«Tristan est un jeune qui réussit très bien à l’école et c’est un aspect important pour ses parents. C’est pourquoi ils veulent regarder toutes les options de ce côté. Et ce n’est pas un désaveu envers la LHJMQ parce que son frère [Tommy] a joué dans cette ligue.»

Et si, dans un monde hypothétique, le repêchage avait eu lieu comme prévu, à Sherbrooke, est-ce que le clan Luneau se serait présenté ?

«C’est une bonne question. Peut-être que ça aurait accéléré les discussions. On sait ce que ça représente la première ronde du repêchage pour les jeunes. Toutefois, en ce moment, c’est un processus organique. Tristan ne le fait pas pour le "show". Il le fait pour des raisons scolaires et familiales.»

Un autre Bouchard à Rouyn-Noranda

Décidément, il y a toujours quelque chose qui ramène la famille Bouchard à Rouyn-Noranda.

Lors de l’ouverture officielle du marché des transactions dans la LHJMQ, mercredi, les Huskies de Rouyn-Noranda ont annoncé qu’ils avaient mis la main sur le défenseur de 20 ans Xavier Bouchard des Eagles du Cap-Breton en retour d’un choix de troisième ronde en 2021.

Celui qui avait été un choix de 6e ronde des Golden Knights de Vegas en 2018 aura donc l’occasion de terminer sa carrière junior dans le marché où son père, Gilles, a dirigé pendant cinq saisons avant d’obtenir une promotion, en 2018, avec le Crunch de Syracuse dans la Ligue américaine de hockey (AHL).

«Très heureux de voir notre fiston terminer son stage junior avec les Huskies. Il sera entre bonnes mains, je sais de quoi je parle», a d’ailleurs commenté le paternel sur Twitter, mercredi.

Xavier Bouchard aura aussi l’occasion de relancer sa carrière. Après des débuts prometteurs dans la LHJMQ, qui ont fait de lui un choix au repêchage de la LNH, sa progression a quelque peu stagné au cours des dernières années. Mardi, les Golden Knights ont décidé qu’ils n’offriraient pas de contrat au grand défenseur droitier.

De son côté, l’Océanic de Rimouski a envoyé le défenseur de 19 ans Christopher Inniss aux Sea Dogs de Saint-Jean en retour d’un choix de troisième ronde. Inniss avait été le 10e choix au total du repêchage de 2017.

Les Sea Dogs ont aussi fait l’acquisition de l’ailier Nicholas Girouard des Voltigeurs de Drummondville en retour d’un choix de deuxième tour en 2021.

Transaction confirmée

La plus importante transaction de la journée avait toutefois filtré au cours des derniers jours et «Le Journal de Québec» vous en parlait dans son édition de mercredi.

Les Wildcats de Moncton et les Mooseheads d’Halifax ont confirmé que les attaquants Zachary L’Heureux et Eliot Desnoyers prenaient le chemin d’Halifax afin de compléter la transaction qui avait envoyé Jared McIsaac et Benoit-Olivier Groulx à Moncton lors de la période des Fêtes.