Lutte

Owen Hart, le modèle de Kevin Owens

Publié | Mis à jour

Le lutteur québécois Kevin Owens est devenu l’une des figures les plus importantes de la World Wrestling Entertainment (WWE) et au nombre de ses sources d’inspiration, il y avait le regretté Owen Hart, l’un des meilleurs de sa profession au pays.

Dans la baladodiffusion «Les Anti-Pods de la lutte» rendue disponible sur le site de QUB radio lundi, Owens a rappelé que son compatriote décédé le 23 mai 1999 avait eu une grande influence sur lui, même s’il ne l’a pas connu. 

• À lire aussi: Retour du sport à Las Vegas: un test concluant

La «fierté de Marieville» a en fait voué une admiration sans borne au natif de Calgary quand il regardait ses matchs grâce aux événements de la télé à la carte ou aux cassettes que son père louait.

«La première cassette que j’ai vraiment vue, c’était WrestleMania 11. Je me souviens de son match (NDLR : en équipe avec Yokozuna contre The Smoking Gunns). Par contre, ce qui m’a toujours marqué d’Owen, c’est quand Bret Hart a affronté Diesel pour le championnat au Royal Rumble (précédent, en 1995). 

«La rivalité entre les deux frères allait déjà bon train. Owen avait déjà affronté Bret», a-t-il notamment mentionné.

«À un moment donné, Bret saisit les jambes de Diesel et les entoure autour du poteau et prend câbles de la caméra pour les attacher et tricher. 

«J’étais tellement offensé de voir Bret tricher et deux minutes plus tard, j’ai vu Owen arriver. J’étais vraiment heureux qu’il s’en prenne au tricheur!»

Lutteur très athlétique   

Toutefois, ce n’est pas uniquement ce scénario rocambolesque qui est demeuré dans la mémoire d’Owens. 

Lui-même reconnu pour ses prouesses athlétiques à l’intérieur de l’arène, il a souligné les grandes qualités d’Owen Hart le lutteur. Celui-ci était parmi les plus habiles et talentueux, tout en parvenant à susciter l’intérêt de la foule.

«Je suis devenu un amateur de sa lutte et un admirateur de son charisme. C’était l’un de mes lutteurs préférés, a admis Owens. Bon ou méchant, il était tellement versatile et excellent dans les deux rôles. (...) 

«Si je l’avais affronté, cela aurait été un match beaucoup plus basé sur la compétition et l’action dans le ring que sur l’histoire autour de ça. Il était vraiment extraordinaire.»

D’ailleurs, Owens a même tenté de reproduire une partie de l’arsenal de coups de l’Albertain, sans trop de succès.

«J’ai voulu essayer durant ma carrière manœuvres qu’Owen effectuait et je n’ai jamais pu les exécuter aussi bien que lui. J’ai éventuellement abandonné. (...) 

«Si ce n’était pas exactement comme Owen, je ne voulais pas le faire, a-t-il dit. Par exemple, il y avait le coup de coude du deuxième câble. Atterrir sur ma hanche faisait mal. 

«Et pour le "drop kick" à partir du troisième, disons que je ne sais pas combien de fois j’ai été plus sonné que mon adversaire.»