Crédit : AFP

Tennis

Félix Auger-Aliassime veut sensibiliser les gens

Agence QMI

Publié | Mis à jour

Le joueur de tennis québécois Félix Auger-Aliassime s’est exprimé à propos du décès de George Floyd à la suite d’une arrestation musclée récemment au Minnesota, expliquant qu’il souhaitait que les gens prennent conscience du racisme systémique.

«J’ai senti que je devais partager mes pensées et réagir pour encourager les gens à en parler et à en être conscients», a commencé par dire «FAA» dans un message publié sur Instagram, dimanche.

• À LIRE AUSSI : Des célébrations symboliques en l'honneur de George Floyd

• À LIRE AUSSI : La NFL prend la parole dans la tragédie

Admettant d’entrée de jeu qu’il se considérait privilégié d’avoir grandi à Québec, l’athlète, aujourd’hui installé à Monaco, milite pour que tous les êtres humains aient les mêmes droits et libertés sans qu’on tienne compte de la couleur de leur peau.

«Les choses doivent changer pour que tout le monde puisse profiter des mêmes opportunités. La couleur de la peau n’importe pas, a-t-il martelé. Nous pensons toujours que ça peut arriver dans d’autres endroits ou dans des quartiers défavorisés. Mais ce n’est pas vrai. Il y a différents types de racisme et de discrimination. Celui qu’on a vu récemment aux États-Unis est très violent, mais il y a plusieurs types de racisme.»

Frustration

La 20e raquette mondiale a notamment rapporté une histoire à propos de son père. Ce dernier s’est récemment fait accoster par une policière à Québec pour une vérification puisque, selon l’agente, il était rare de voir un homme noir au volant d’une Mercedes dans le quartier où ils se trouvaient.

«Je pense que cette petite histoire – sans violence – prouve que ce genre d’événements crée la frustration que l’on voit récemment. Les gens doivent comprendre que ça n'arrive pas qu'aux autres. Ça peut arriver à vos amis, à vos enseignants, à vos entraîneurs, à n'importe qui.»

«Nous avons fait du progrès, mais il y a encore beaucoup de chemin à parcourir sur le plan de l’égalité», a-t-il ajouté.

Auger-Aliassime a d’ailleurs estimé que ce genre de gestes, lorsqu’ils sont posés par des gens en position d’autorité sur lesquels la société se repose, attise la frustration et le sentiment d’injustice.

«Ce qui m’attriste également, c’est que ça vient de gens qui devraient montrer l’exemple. Les policiers, tout comme les professeurs et les docteurs, ne devraient pas avoir d’idées préconçues basées sur la couleur de la peau. Ils devraient voir les gens tous de la même façon, car nous sommes tous des êtres humains», a expliqué Auger-Aliassime, avant de conclure en souhaitant une fin paisible au mouvement de manifestations qui secoue les États-Unis.