Impact de Montréal

L’Impact proteste contre l’offre de la MLS

Publié | Mis à jour

Les joueurs de l’Impact de Montréal, comme plusieurs de leurs homologues des autres équipes de la Major League Soccer (MLS), ont décidé de boycotter l’entraînement, lundi.

Les athlètes ont décidé de poser ce geste pour protester contre la décision du circuit Garber de répliquer avec une nouvelle offre à l’Association des joueurs (MLSPA).  

 C’est ce qu’a rapporté l’expert soccer de TVA Sports Frédéric Lord sur son compte Twitter. Il a d'ailleurs résumé le dossier à l’émission JiC. Voyez ce segment dans la vidéo ci-dessus.  

Dimanche, les joueurs ont soumis une offre à la MLS concernant un retour au jeu, mais celle-ci n’était toujours pas jugée satisfaisante. La MLS aurait même menacé ses athlètes de déclencher un lock-out s’ils n’acceptent pas sa nouvelle proposition avant mardi prochain.

Depuis quelque temps, les joueurs de la MLS peuvent s’entraîner individuellement et sur une base volontaire dans les installations de leur équipe respective.

En plus des joueurs de l’Impact, ceux du FC Toronto, des Whitecaps de Vancouver, de l’Inter Miami, du Sporting de Kansas City et de l’Atlanta United FC ont décidé de rester à leur domicile.

En mars dernier, le meilleur circuit de soccer en Amérique du Nord a été contraint de mettre ses activités en pause en raison de la pandémie de coronavirus. Depuis, la MLS négocie avec ses athlètes afin d’atténuer les impacts financiers de la crise.

Dans leur offre de dimanche, les joueurs ont notamment accepté des réductions salariales ainsi qu’une diminution des primes d’équipe et individuelles. Ils ont aussi fait des concessions concernant leur nouvelle convention collective en demandant que celle-ci soit prolongée d’un an, soit jusqu’en 2025.

La MLS voudrait toutefois obtenir une plus grosse réduction des salaires. La proposition de la MLSPA est une réduction de 7,5 %, alors que le circuit Garber voudrait 8,75 %.

Une clause qui dérange  

Il y a également une clause dans la convention collective qui constitue un nœud. Il s’agit de celle permettant à l’une ou l'autre des parties de se retirer de la convention si une catastrophe comme une pandémie survient. La MLS voudrait pouvoir l’appliquer si cinq équipes subissent une baisse des assistances de 25 % ou plus par rapport à l’année précédente. La MLSPA ne voudrait pas que cela soit possible.

Bref, il semble qu’il reste beaucoup d’éléments à clarifier avant que la MLS amorce son plan de reprise.

Rappelons que le circuit Garber souhaiterait rassembler tous ses clubs à Orlando, en Floride, pour y tenir un tournoi dont les matchs compteraient au classement de la saison régulière.