Crédit : AFP

LNH

Ces joueurs qui ne se sentent pas en sécurité

Agence QMI

Publié | Mis à jour

Le capitaine des Blue Jackets de Columbus Nick Foligno veut s’assurer que les athlètes qui décideraient de ne pas jouer lors de la possible reprise des activités dans la Ligue nationale de hockey (LNH) ne soient pas pénalisés.

«S’ils ne se sentent pas en sécurité, je crois qu’il doit y avoir un moyen pour que ces gars-là ne soient pas réprimandés, a-t-il dit lors d’un entretien avec le réseau TSN. Personne ne vous regardera (défavorablement) pour ne pas vouloir revenir.»

• À LIRE AUSSI : Le Groupe CH fait appel au gouvernement du Québec

• À LIRE AUSSI : Révélation de l'agent d'Alexander Romanov

«Si tu ne te sens pas en sécurité en raison d’une condition ou simplement d’une croyance, tu as tout à fait le droit en tant qu’humain de ne pas retourner jouer jusqu’à ce que tu te sentes à l’aise», a ajouté l’attaquant.

Foligno, un vétéran de 32 ans, n’a pas précisé s’il faisait partie des patineurs ne se sentant pas à l’aise de revenir à l’action. Un peu plus tôt cette semaine, il a toutefois dit «qu’il y aura de la bataille» si quelqu’un lui disait qu’il ne pourrait pas voir sa famille quand la LNH amorcera sa reprise.

Le circuit Bettman a adopté un format de retour avec 24 équipes qui s’affronteront en séries éliminatoires. La LNH aurait également indiqué qu’elle n’amorcerait pas les camps d’entraînement avec le 10 juillet. Quand et si les éliminatoires s’amorceront, les Blue Jackets affronteront les Maple Leafs de Toronto lors de la ronde qualificative.