Boxe

Pascal-Stevenson: le rendez-vous manqué

Publié | Mis à jour

Pour une multitude de raisons, plusieurs combats, que ce soit de boxe ou d’arts martiaux mixtes, n’ont jamais pu avoir lieu. Que ce soit en raison de différends économiques, de problèmes de santé ou autres, les partisans ont été privés d’une multitude de chocs.

L’animateur Jean-Charles Lajoie a demandé au réputé entraîneur québécois de boxe, lequel des combats entre Georges St-Pierre c. Khabib Nurmagomedov, «GSP» c. Conor McGregor, Arturo Gatti c. Davey Hilton et Jean Pascal c. Adonis Stevenson aurait-il aimé être témoin. 

«Premièrement, je suis un amateur de boxe, je pense que le combat (Jean) Pascal (contre) Adonis, ça aurait été quelque chose de très particulier, a-t-il confié, vendredi, lors de l’émission JiC sur les ondes de TVA Sports. Pour pleins de raisons, athlétiques et personnelles.

«(On n’en aurait) sûrement pas (eu seulement qu’un). Ça aurait été très compétitif, je pense qu’on aurait été en mesure de faire quelque chose sur le long terme avec ça.»

Effectivement, lorsqu’il était champion du monde, Stevenson n’a jamais voulu affronter Pascal. Malheurement pour Stevenson, il a été victime d’un grave traumatisme cranio-cérébral en décembre 2018 après avoir perdu par K.-O. devant l’Ukrainien Oleksandr Gvozdyk. Stevenson avait été le monarque des mi-lourds pendant plus de cinq ans, à partir de juin 2013.

Que se passera-t-il avec Beterbiev? 

Ramsay a églament discuté d’autres sujets, dont celui concernant son poulain, Artur Beterbiev. Le Russe est détenteur d’une fiche immaculée de 15 victoires et des ceintures de l’IBF et du WBC des mi-lourds.

Et il avait des projets plein la tête.

«Le timing n’est pas bon, surtout que nous sommes dans une position de force, où l’on détient deux ceintures, a souligné Ramsay. Le seul avantage qu’on a, c’est qu’on a un individu qui veut passer directement aux gros combats. 

«On n’a pas à faire de slalom entre les aspirants. Ce que Beterbiev veut, c’est Canelo, c’est Bivol, c’est les gros combats, Kovalev, rien de moins. Et à 35 ans, on sait que ça se passe maintenant pour lui. On a hâte de retourner dans l’action.»

À voir dans la vidéo ci-dessus.