LNH

La LNH veut «limiter les dégâts»

Publié | Mis à jour

Le sport professionnel, graduellement, reprend malgré la pandémie de coronavirus qui affecte tout le monde. Le UFC et le NASCAR présente leurs événements à huis clos et peu à peu, les ligues sportives tenteront également un retour. La Ligue nationale de hockey ne fait pas exception. 

Le plan qu’a annoncé Gary Bettman, mardi, prévoit des séries éliminatoires 2019-2020 présentées à huis clos dans une ou deux villes. Chaque équipe pourra voyager avec un maximum de 50 personnes.  

Si ceci est une solution pour que les joueurs se retrouvent sur la patinoire le plus rapidement possible, la LNH ne pourra pas perdurer éternellement comme cela. 

«La problématique est là, a souligné Franz Pons, le directeur de l’observatoire international en management du sport de l’Université Laval, lors de l'émission Dave Morissette en direct sur les ondes de TVA Sports. Les modèles que l’on essaie de mettre en place à l’heure actuelle sont des modèles qui permettent de limiter les dégâts. Les modèles d’affaires des ligues professionnelles, qui sont là pour faire de l’argent, varient. Mais avec la crise que l’on a vécu et l’arrêt brutal (des activités), nous aurons différents types de succès dans la reprise. 

«Il y a plusieurs ligues, comme la Ligue nationale ou la MLS, dont la composante billeterie est très importante dans leurs sources de revenus. C’est une plus grosse problèmatique. 

«La durée est une question importante. Combien de temps limiteront-elles les dégâts avant de repartir vers une phase de profits?» 

Maintenant, la question est de savoir si certains clubs pourront survivre aux difficultés économiques que la pandémie engendre. 

«En étant très objectif, oui ça change un petit peu la donne, confié Pons. La grosse incertitude est la durée de cette crise et sur la capacité des gens à revenir. 

«En Amérique du Nord, les ligues ont des structures de soutien assez importantes. Oui, certains clubs seront en difficulté, mais il y a une capacité a surpasser ces difficultés et de regarder à plus long terme pour des profits. [...] La tendance va être à se supporter les uns, les autres. La question est pendant combien de temps ils se supporteront.» 

À voir dans la vidéo ci-dessus.