LNH

La LNH dévoile son protocole de retour au jeu

Publié | Mis à jour

Gary Bettman a bon espoir de pouvoir couronner un champion de la Coupe Stanley avant la fin de 2020. Mardi, en fin d’après-midi, il a dévoilé les grandes lignes de son plan de relance.

En fait, le commissaire de la Ligue nationale de hockey (LNH) a surtout confirmé ce que l’on savait déjà. Dans chacune des associations, les 12 équipes qui présentaient le meilleur pourcentage de points au classement au moment où les activités du circuit ont été mises en pause lutteront pour l’obtention du précieux trophée.   

Pendant que les quatre formations de tête s’affronteront dans un tournoi à la ronde pour déterminer le classement final des quatre premières places, les positions 5 à 12 croiseront le fer dans une ronde de qualification. Comme prévu, donc, le Canadien (12e dans l’Est) affrontera les Penguins de Pittsburgh (5es) dans une série 3 de 5.

Sans Romanov

Il s’agira de la confrontation impliquant les deux équipes ayant le plus grand écart au classement. Avec une maigre récolte de 71 points (31-31-9), le Tricolore accuse 15 points de retard sur la bande à Crosby (40-23-6).

Par ailleurs, ceux qui espéraient voir Alexander Romanov revêtir l’uniforme du Canadien lors de ce tournoi devront faire une croix là-dessus. Bill Daly a été très limpide sur cette question.

«Notre position est claire là-dessus depuis le début de la pause. Aucune équipe n’a le droit de faire signer des ententes pour l’actuelle saison. On est d’accord pour la campagne 2020-2021, mais ce serait injuste de permettre à des équipes d’avoir de nouveaux effectifs pour les séries», a soutenu Daly lors d’une vidéoconférence.

Dix villes en lice

Deux villes, une pour chacune des associations, accueilleront le tour de qualification et les deux premières rondes officielles. En raison des possibles fluctuations de la pandémie, les dirigeants de la LNH ont préféré ne pas arrêter leur choix immédiatement.

Cependant, le commissaire a indiqué que les 10 villes suivantes sont des candidates sérieuses: Chicago, Columbus, Dallas, Edmonton, Las Vegas, Los Angeles, Minneapolis/St Paul, Pittsburgh, Toronto, Vancouver.

«On croit que ces villes sont présentement en mesure de nous accueillir. Toutefois, on pourrait bien prendre une décision qui, dans quelques semaines, ne tiendrait plus la route. On n’a pas besoin de choisir avant trois ou quatre semaines, alors on va continuer de suivre l’évolution de la COVID-19», a indiqué Bettman.

D’ailleurs, les plus perspicaces auront remarqué que parmi les 10 marchés retenus, sept sont dans l’Association de l’Ouest. C’est qu’une ville de l’Ouest pourrait très bien accueillir les formations de l’Est, et vice-versa.

«Nous irons aux endroits qui conviennent sur le plan de la logistique, de la santé, de la disponibilité des tests et qui obtiendront l’aval des gouvernements, a précisé le commissaire. Il n’y aura pas de distinction est-ouest même si sur le plan de la diffusion, ce serait mieux qu’on puisse couvrir plus de fuseaux horaires.»

D’ailleurs, pour minimiser les risques de propagation, chaque équipe ne pourra envoyer plus de 50 employés dans les villes qui auront été choisies. Le minimum d’entre eux aura accès à l’amphithéâtre.

Aucune date fixe

L’incertitude entourant la pandémie a également incité le commissaire à ne pas avancer de date ni pour l’une ni pour l’autre des trois prochaines phases menant à la reprise des activités.

Idéalement, on aimerait que la phase 2 (ouverture des complexes d’entraînement) se fasse au début de juin. On ne prévoit pas atteindre la phase 3 (début des camps d’entraînement) avant le 1er juillet. Enfin, on souhaiterait que la phase 4 (tournoi éliminatoire) s’amorce au début du mois d’août.

«Chaque nouvelle phase dépendra de la précédente, alors avancer des dates, à ce moment-ci, ne serait que spéculation. Rien n’est fixé. L’horaire du retour au jeu sera déterminé par l'évolution des circonstances et par les besoins des joueurs», a soutenu Bettman.

La durée des deux premiers tours reste également à confirmer. Il est déjà convenu que les finales d’Association et la finale de la Coupe Stanley seront disputées dans une série au meilleur de sept rencontres. Toutefois, il se peut qu’on se rabatte sur un 3 de 5 pour les deux rondes précédentes.

De plus, il n’a pas encore été déterminé si les confrontations seront remaniées à chaque tour de façon à ce que, pour chacune des associations, l’équipe la mieux classée affronte celle étant la moins bien classée.

La loterie du repêchage se déroulera le 26 juin         

Comme à l'habitude, la loterie du repêchage de la LNH déterminera les 15 premiers choix de l'encan amateur et aura lieu le 26 juin.       

Il y aura toutefois un changement majeur cette année en raison du format particulier du protocole de retour au jeu.         

Les sept équipes étant déjà exclues du processus des séries en feront évidemment partie et les huit autres formations seront celles qui perdront leur série de qualifications (3 de 5).      

Si l'une ou plusieurs de ces huit équipes remportent l'un des tirages pour les trois premiers choix, il y aura une deuxième phase à la loterie. Cette deuxième phase pour déterminer l'ordre exact des choix se déroulerait alors entre le tour de qualifications ainsi que le premier tour des séries éliminatoires.      

Et ces huit formations n'ayant pas passé au premier tour éliminatoire auront alors toutes 12,5% de chances de remporter le ou les tirages.