HKO-HKN-SPO-MINNESOTA-WILD-V-CALGARY-FLAMES

Crédit : AFP

LNH

Jarome Iginla n’a pas perdu le feu sacré

Publié | Mis à jour

L’ancien joueur de la Ligue nationale de hockey (LNH) Jarome Iginla demeure bien en contact avec son sport de prédilection même s’il a disputé le dernier match de sa carrière en 2016-2017 et il ne ferme pas la porte à l’idée d’y assumer un rôle différent dans les années à venir.

L’homme de 42 ans vit avec sa famille à Chestnut Hill, un village du Massachusetts situé à une dizaine de kilomètres de Boston. Lors des trois dernières années, il a dirigé ses enfants au hockey mineur, mais il se dit qu’une organisation ou une ligue pour adultes fera appel à ses services éventuellement. 

«Je commence à en avoir le désir. Pendant longtemps, je me disais que je ne voulais pas me retrouver dans une ligue de bière ou un truc du genre. Toutefois, je vois tranquillement à quel point ce serait plaisant de revivre l’esprit de camaraderie. Mais je ne suis pas rendu là. Ça pourrait être dans quelques années», a-t-il affirmé au quotidien Boston Globe la semaine passée, tout en laissant planer une forme de retour dans la LNH un jour.

«J’aime me retrouver près de la patinoire. J’y suis pratiquement tous les jours durant l’hiver, a-t-il ajouté. J’apprécie de partager certaines connaissances et d’être plongé dans la compétition. Oui, peut-être que je regarderai les opportunités qui s’offriront à moi.»

Le Temple en tête

Évidemment, le nom d’Iginla a été évoqué récemment, car son admission au Temple de la renommée du hockey est presque une certitude. Il sera immortalisé en novembre, à moins que le coronavirus n’en décide autrement. 

En lice cette année, l’ex-vedette des Flames de Calgary a tout pour convaincre les membres qui discuteront des candidatures par vidéoconférence le 24 juin.

Avec 1300 points, dont 625 buts, en 1554 matchs, sa production constitue à elle seule un argument de poids.

«Recevoir l’appel et accéder au Panthéon, ce serait formidable, a-t-il avoué. Je me souviens encore de mon premier duel dans la LNH. (...) Je n’ai jamais rêvé au jour où on allait retirer mon chandail (les Flames l’ont immortalisé en mars 2019), ni pensé que j’allais jouer 20 ans. C’est vraiment gratifiant.»