Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Eric Staal perplexe et contrarié

Publié | Mis à jour

Le vétéran du Wild de Minnesota Eric Staal ne s’imagine pas revenir au jeu loin de sa famille et dans un aréna vide.  

C’est ce que le joueur de centre a indiqué lors d’une vidéoconférence tenue jeudi.    

«Pour moi, c’est difficile à imaginer de reprendre le jeu dans une ville loin de ma famille pendant quelques mois et devant aucun partisan, a-t-il dit. Je crois que c’est un peu difficile à envisager, mais il y a beaucoup de choses qui ont été difficiles à envisager pour en arriver à ce point.»  

À quelques reprises lors de son entretien sur la plateforme Zoom, Staal a répété qu’il n’apprécierait pas d’être loin de sa femme et de ses trois enfants.   

Il a cependant dit qu’il ne pouvait pas avoir une idée arrêtée tant et aussi longtemps que le scénario final d’une reprise des activités dans la Ligue nationale de hockey n'allait pas être dévoilé.  

«Je pense qu’il est difficile pour moi de dire maintenant à quoi cela ressemblerait et quelle serait ma décision ou quelle serait mon opinion, car je ne sais pas vraiment à quoi cela ressemblerait en ce qui concerne la reprise.»  

Pas la même chose  

Staal est cependant persuadé d’une chose : les séries éliminatoires ne seront pas aussi intenses si les spectateurs ne sont pas admis dans les amphithéâtres.  

«Ce sont de trop gros bâtiments et ce sera trop calme pour que nous obtenions la même intensité, a-t-il affirmé. Pour être honnête, il n’y a rien de tel... Un aréna plein pour un match numéro 7, ce n’est pas la même chose qu’un aréna vide.   

«Ce sera très différent. Il n’y a rien qui pourra remplacer ça pour les joueurs. Ça ne se remplace tout simplement pas et c’est juste la vérité.»  

«Bien sûr que ce serait toujours intense, a ajouté Staal. Évidemment qu’il y aura toujours des gars qui compétitionneront au plus haut niveau, car c’est ce que nous faisons.   

«Il y en aurait certainement encore qui le feront. Ce ne sera cependant aucunement la même chose que si nous avions un amphithéâtre plein.»