Crédit : Photo d'archives, AFP

LNH

Tyson Barrie décrit sa «prochaine équipe idéale»

Publié | Mis à jour

Ayant vécu une expérience peu concluante avec les Maple Leafs de Toronto jusqu’ici, le défenseur Tyson Barrie s’attend à tester le marché des joueurs autonomes, même si de nombreuses questions restent sans réponse présentement.

Échangé de l’Avalanche du Colorado au Maple Leafs le 1er juillet dernier, Barrie a été limité à cinq buts et 39 points en 70 parties avant que la saison de la Ligue nationale de hockey (LNH) ne soit suspendue en raison de la pandémie de COVID-19. Il s’agissait de l’un de ses pires rendements offensifs depuis ses débuts chez les professionnels.

Ayant connu une saison en dents de scie à Toronto, Barrie a eu de la difficulté à s’adapter au style de jeu et à la formation des Maple Leafs. Avec le recul, il a d’ailleurs indiqué avoir une nouvelle forme de respect pour les joueurs échangés en cours de saison.

«Je ne pense pas avoir déjà accordé suffisamment de crédit aux gars qui sont échangés et qui doivent changer leur vie tout entière, déménager et entrer dans une nouvelle équipe et s'intégrer immédiatement, a-t-il fait valoir lors d’une entrevue avec le réseau Sportsnet, mercredi. C’est un peu plus difficile que je ne le pensais. Je suis content d’avoir moi-même vécu l’expérience.»

Regarder les options

Or, Barrie se dirige visiblement vers un autre changement de décor lors de la prochaine saison morte. Il a en effet déjà établi des critères pour choisir sa prochaine ville d’adoption.

«Je pense que ce doit être un endroit où ils ont manifestement besoin de quelqu'un comme moi et d'une bonne équipe allant dans la bonne direction, a-t-il dit. Je pense qu'il y a beaucoup d'organisations qui correspondent à ces critères, donc il y aura un processus durant lequel je vais m’asseoir pour passer en revue tout ce qui est important pour moi.»

Mais avant de penser à sa prochaine destination, Barrie espère pouvoir faire un dernier tour de piste avec les Maple Leafs et, qui sait, peut-être soulever la coupe Stanley.

«C’est un moment bizarre pour se diriger vers le marché des joueurs autonomes, c’est sûr. C'est une période étrange, mais à ce stade, je pense que tout ce que j'ai à faire en ce moment est de me concentrer sur ma préparation, au cas où la saison reprenne, pour se rendre loin en séries éliminatoires avec les Maple Leafs.

«C’est la raison pour laquelle ils m’ont fait venir [à Toronto]. Ce serait assez spectaculaire, alors j’espère que nous aurons l’occasion de le faire.»

Pas d’astérisques

Par ailleurs, peu importe qui remportera la coupe Stanley – s’il y a des séries éliminatoires –, l’arrière de 28 ans ne fait pas partie de ceux qui voudraient ajouter un astérisque au côté du nom de l’équipe victorieuse, même si le format devait être différent.

«Comment pourrait-ce être traditionnel à un moment comme celui-ci? s’est-il interrogé. Je pense que l'intégrité [des séries éliminatoires] sera là parce que ce seront toujours les meilleurs joueurs du monde qui s'affronteront avec le but ultime de remporter la coupe Stanley. Ce sera certainement bizarre sans partisans, mais je pense que nous devons tous nous adapter et réaliser que ce ne sera pas des éliminatoires parfaites et classiques.»

«Mais je crois qu’avec la situation dans laquelle nous sommes, pour un an, c’est acceptable.»